Envoi


31 janvier 2015 par JMD

Envoi

Poésie de Paul Martinet de Troyes, Paris, imp. Reclus, [1891].

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.91

Je suis un poète anarchiste

Rimant sans règles et sans lois,

Car j’écris tout ce que je crois

Et me moque d’être puriste.

J’ignore les règles de l’art,

Tu trouveras dans mes poèmes,

Les féminines, en bohèmes,

S’accouplant partout au hasard.

Si tu lis un couplet passable,

Pardonne-moi, très cher lecteur,

Car vraiment, si j’en suis l’auteur

Je suis encore plus coupable :

J’ai bien fait sans le faire exprès ;

Là se borne tout mon succès,

Maintenant fais moi mon procès !

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Histoire tragique de Jacques Gueux


30 janvier 2015 par JMD

Histoire tragique de Jacques Gueux

Cette poésie éditée par les Niveleurs troyens en 1891 ne comportait pas de signature. Elle peut toutefois être attribuée sans trop de risque à Paul Martinet qui était chargé de sa vente.

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.92-93

Par une froide nuit d’automne

Un gueux errait, qu’on lui pardonne,

À travers les monts et les vaux.

Il allait par la nuit sans lune,

Couvert de haillons pour fortune,

De la faim souffrant mille maux.

Les cheveux blancs, la barbe grise,

Courbé sous la pluie et la bise Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

La Chanson du gâs


29 janvier 2015 par JMD

La Chanson du gâs

Paroles et musique du Père Lapurge [Constant Marie] in le Père Peinard, n° 201, 22 janvier 1893.

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.88

1er Couplet

Ed’ pis quarante ans sur ma fouë, (bis)

Qu’nos grands boeufs, not’ famille et moë, (bis)

Que j’ travaillons la terre.

Seul not’ propriétaire,

A comme un grand voleux,

Tout la crêm’ ed’ not ‘sueux

Y a d’la malice ! (bis)

Oui, fouë d’Bap’tiss’. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Vive la canaille !


28 janvier 2015 par JMD

Vive la canaille ! Avis aux honnêtes gens. Chant révolutionnaire

Paroles du Père Lapurge [Constant Marie], Paris, imp. F. Harry, [1887].

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.87-88

1er Couplet

Entre la vase et l’écume

De cette mer à flots humains,

Une classe se consume

À tout produire à pleines mains.

On l’appelle canaille.

Elle dort sur la paille

Dans des taudis froids et malsains. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Le Père Lapurge


27 janvier 2015 par JMD

Le Père Lapurge (chant humoristique)

Paroles et musique du Père Lapurge [Constant Marie], Paris, éd. du groupe « La Muse Rouge », 1905.

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.86-87

I

Je suis le vieux Père Lapurge,

Pharmacien de l’Humanité ;

Contre sa bile je m’insurge

Avec ma fille Égalité. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

La Dynamite


26 janvier 2015 par JMD

La Dynamite

Paroles et musique du Père La Purge [Constant Marie]. Nous reproduisons ici la première édition, publiée sur feuille volante sans nom d’auteur et sans musique, en 1886, par le groupe « » de Paris.

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.86

1.

Nos pères jadis ont dansé (bis)

Au son du canon du passé (bis)

Maintenant la danse tragique

Veut une plus forte musique,

Dynamitons ! Dynamitons ! Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (6 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

La Ravachole


25 janvier 2015 par JMD

La Ravachole

Auteur anonyme in Almanach du Père Peinard pour 1894,

Paris, aux bureaux du « Père Peinard », 1894, p. 43-44, Air de la Carmagnole et du Ça ira

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.104-105

I

Dans la grand’ ville de Paris, (bis)

Il y a des bourgeois bien nourris. (bis)

Il y a les miséreux

Qui ont le ventre creux :

Ceux-là ont les dents longues,

Vive le son, vive le son,

Ceux-là ont les dents longues,

Vive le son

D’ l’explosion ! Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Le Chant des antiproprios


24 janvier 2015 par JMD

Le Chant des antiproprios

Auteur anonyme in le Père Peinard, Paris, n° 219, 28 mai 1893.

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.103-104

1er Couplet

J’fais parti’ d’un group’ d’anarchistes

Qui a comm’ spécialité d’fair’ les déménag’ments

Pour v’nir en aide aux communistes

Qui s’trouv’nt embêtés pour payer leur logement,

Nous somm’s enn’mis de tout propriétaire,

Mais, par contre, nous somm’s amis du prolétaire :

Voilà pourquoi, parmi les anarchos,

On nous a surnommes la Ligu’ des antiproprios.

Ohé, les zigs !

À bas les flics ! (Au ref.) Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Le Chant des trimardeurs


23 janvier 2015 par JMD

Le Chant des trimardeurs

Auteur anonyme. Nous reproduisons ici la version éditée par F. Brunel dans sa série de chansons « à cinq centimes » sans musique, Paris, imp. Brunel, [1892].

Air : du Tour de France

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.103

I

Nous partons tous faire le tour du monde,

Quand nous manquons de travail et de pain,

Et cependant, notre terre féconde

Toujours assez, pour tout le genre humain.

Nos exploiteurs veulent jouir sans cesse,

Dans tous nos maux, ils trouvent un plaisir ;

Nous travaillons pour créer la richesse,

Et de misère il nous faudrait mourir ? Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (6 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Les Grands principes j’m'asseois d’ssus


22 janvier 2015 par JMD

Les Grands principes j’m'asseois d’ssus

Paroles et musique de F. Brunel, Paris, imp. Brunel, [1890].

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.102-103

I

Pour être un homme honnête,

Il faut, à sa pip’lette,

Donner beaucoup d’gros sous

Et lui fair’ les yeux doux.

Si vous êt’s misérable

On est impitoyable :

Faut avoir le magot,

Pour être comme il faut. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Le Droit à l’existence


21 janvier 2015 par JMD

Le Droit à l’existence

Paroles et musique de F. Brunel, Paris, imp. Brunel, [1890].

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.101-102

I

S’il est un droit primordial,

Pour sûr c’est le droit à la vie ;

Sous le règne du Capital,

L’existence nous est ravie ;

Ce droit nous devons l’affirmer,

Tous les moyens sont bons, que diantre !

Tout est permis, voler, tuer,

Quand nous avons la faim au ventre. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

La Mort d’un brave


20 janvier 2015 par JMD

La Mort d’un brave

Paroles d’Henri Riemer, musique de F. Brunel, Paris, imp. Brunel, [1889 ?].

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.101

REFRAIN

Et ses lèvres, tout bas, bien bas,

Semblaient murmurer dans un rêve :

« Faudrait-il qu’en lâche, je crève ?

« De cette mort, je n’en veux pas !

« Je n’en veux pas ! » Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Le Pourquoi de l’enfant


18 janvier 2015 par JMD

Le Pourquoi de l’enfant

RONDEAU sur l’air : Ah ! vous dirais-je maman…, chanté par deux groupes d’enfants.

Chanson de Louise Quitrime in Rondes pour récréations enfantines, Paris, à la librairie du « Père Peinard », [1889 ?], p. 13-14.

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.100

Première question

Pourquoi y a-t-il tant d’enfants

Qui ont faim et pas d’ vêt`ments

Quand d’autres joufflus et roses

Ont toutes les bonnes choses.

Ah ! de grâce, dites-nous

Pourquoi n’en ont-ils pas tous ? Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Le Poignard à la main


17 janvier 2015 par JMD

Le Poignard à la main

Cette chanson est d’auteur inconnu, mais il pourrait bien s’agir d’une autre des compositions de Dervieux car elle est citée dans les rapports de police comme ayant été chantée par les compagnons de la région lyonnaise et du Forez. La version que nous reproduisons ici provient d’une copie manuscrite qu’un agent de police zélé a communiqué à ses supérieurs en 1892 et que nous avons retrouvée dans les Archives départementales de la Loire. Il est possible ainsi que certains passages comportent des erreurs. Tel est le cas en particulier des deux premiers vers du 3e couplet.

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.98

1er

Si le hasard qu’ m’a fait l’âme fière

Voulait qu’un jour je fusse mendiant

Je n’irais pas les yeux dans la poussière,

Me ravaler devant chaque passant,

Je n’irais pas les yeux remplis de larmes,

En plein soleil implorer un humain

Mais chaque nuit me riant des gendarmes

Je mendierais un poignard à la main. }bis Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (6 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Les Pieds plats


16 janvier 2015 par JMD

Les Pieds plats

Air : L’Enterrement.

Auteur inconnu. Nous reproduisons ici le texte publié par F. Brunel dans sa série « à cinq centimes » sans musique, Paris, imp. Brunel [1892 ?].

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.99

I

C’est aujourd’hui qu’il faut quitter

L’bistrot qui donne à croustiller.

Depuis hier, pour la tribu,

Non, non, de crédit y n’veut plus ;

Pourtant personn’ ne s’en plaignait :

L’vin était bon, l’pain était frais,

Il avait d’excellents gigots !

Moi, j’gobais bien ses jambonneaux. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...
Page 1 de 7012345»...Fin »