Dix questions à … Fortuné Henry


28 février 2015 par JMD

Fortuné Henry est né à Limeil-Brévannes (Seine et Oise) le 21 août 1869. Fortuné Henry est un pseudonyme. Fortuné Henry est un chercheur, un fouilleur de documents, un de ces passionnés dont l’excellence du travail et la qualité des investigations finissent par éclairer l’histoire du mouvement libertaire français. Nous ne comptons plus au Jacoblog le nombre de fois où ses remarques, ses critiques et les renseignements qu’il a pu nous fournir nous ont apportés une aide des plus précieuses. Fortuné Henry est historien et ne souffre pas de lupinose. Il a bien voulu répondre ici à nos dix questions, porter son regard sur l’illégalisme et la propagande par le fait, et expliquer le travail par lui effectué dans les différents services d’archives de France et de Navarre car sans source point d’histoire. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Dix questions à … Eric Fournier


21 février 2015 par JMD

Eric Fournier est historien. Après avoir longtemps enseigné dans le secondaire, il dispense sa connaissance de l’histoire sociale et culturelle du XIXe siècle à l’université de Paris I la Sorbonne et porte un regard singulier et novateur sur cette période « des possibles » qui a vu aussi un honnête jeune homme de Marseille se muer en honnête cambrioleur. Avec l’ébouriffante Cité du Sang, ouvrage illustré par Gil et paru chez Libertalia en 2008, il nous emmène dans l’incroyable monde des bouchers de La Villette au moment de l’affaire Dreyfus. Cinq ans plus tard, Libertalia encore lui permet de livrer une étude lumineuse du souvenir des évènements parisiens de 1871. La Commune n’est pas morte.  C’est alors une plume claire, non dénuée d’humour et d’engagement, dont nous vous conseillons fortement la lecture et qui a bien voulu ici répondre à nos dix questions autour bien sûr de l’affaire Dreyfus et du souvenir des Communards, mais aussi du métier d’historien. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Dix questions à Philippe Collin


14 février 2015 par JMD

Alors que les éditions Libertalia s’apprêtent à Publier Des hommes et des bagnes du docteur Léon Collin, nous avons voulu en savoir un peu plus sur ce médecin militaire dont le témoignage, rare et formidable, vient confirmer si besoin est l’horreur de l’enfer carcéral guyanais et calédonien. Le livre devrait faire date et, comme le souligne Michel Pierre dans le numéro spécial du magazine L’Histoire en juillet-septembre 2014, il y a encore des découvertes à faire sur le sujet. Philippe a bien voulu évoquer pour nous son grand-père, le récit de ce dernier ainsi que le grand nombre de photographies qu’il a pu prendre à bord de La Loire ou encore sur ces terres de punition.   Dix questions pour aborder un homme, un brin réactionnaire mais profondément humaniste, marqué à vie par son expérience. Les souvenirs de Léon Collin dormaient paisiblement dans la maison familiale de Crèches sur Saône ; Philippe les a exhumés et s’est mis à fouiller, à chercher, à fréquenter les services d’archives et en particulier ceux de l’Outre-Mer à Aix en Provence. Une volonté de comprendre l’aïeul, de saisir ce que ce dernier a pu ressentir. Un travail énorme d’historien. Il est des voyages dont on ne revient pas totalement indemne … Une interview à lire sans modération, sans précaution et sans avis médical. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (8 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Vingt-six questions à … Jacques Derouard


7 février 2015 par JMD

En 2004 Arsène Lupin devenait centenaire. Pour l’occasion, le magazine L’Express offrait à ses lecteurs une longue interview de Jacques Derouard, grand spécialiste du gentleman cambrioleur et de son créateur. Si ce physicien, né à Laval en 1953, enseignant chercheur à l’université de Grenoble I, connaît son lupinien sujet sur le bout d’une pince-monseigneur, force est de constater qu’en revanche sa maitrise du fait libertaire n’est pas des plus précises. Pour l’auteur de Maurice Leblanc Arsène Lupin malgrè lui (Séguier, 1993) et du Dictionnaire Arsène Lupin (Encrage / Belles Lettres, 2001), considère par exemple le romancier normand comme un sympathisant anarchiste assez violent à ses débuts avant de devenir plutôt cocardier, si ce n’est franchement nationaliste. Par effet de mimétisme, le voleur de papier suivait le même chemin. Lupin anarchiste ? Il ne dépouillerait en effet selon Derouard que d’arrogants nobliaux ou de vils bourgeois. Mais l’argent volé est-il redistribué ? Bien évidemment, nous pouvons penser cette analyse facile, rapide et simpliste. Pour autant le propos du biographe de Leblanc mérite amplement d’être relayé. D’abord parce qu’il nous éclaire sur la naissance d’un héros littéraire et nous explique la geste lupinienne, ensuite parce qu’il nie la lupinose et donc toute ressemblance même fortuite un honnête cambrioleur, bien réel et pratiquant le vol à des fins révolutionnaire. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Paul est mort


3 février 2015 par JMD

Nous avons rencontré Paul Bourdonneau deux ou trois fois et jamais simplicité, discrétion et humilité ne nous furent apparues avec autant d’acuité. Une force tranquille, paisible, un de ces rocs que l’on croyait indestructibles. L’homme était bon, doux, généreux. Sans lui, point d’Ecrits de l’honnête cambrioleur. C’est avec une profonde émotion que Jean-François, qui dresse ici son portrait, nous a appris son décès survenu le 24 janvier dernier. Salut camarade. Nous, on va aller chialer dans notre coin et garder ton souvenir. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (8 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Envoi


31 janvier 2015 par JMD

Envoi

Poésie de Paul Martinet de Troyes, Paris, imp. Reclus, [1891].

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.91

Je suis un poète anarchiste

Rimant sans règles et sans lois,

Car j’écris tout ce que je crois

Et me moque d’être puriste.

J’ignore les règles de l’art,

Tu trouveras dans mes poèmes,

Les féminines, en bohèmes,

S’accouplant partout au hasard.

Si tu lis un couplet passable,

Pardonne-moi, très cher lecteur,

Car vraiment, si j’en suis l’auteur

Je suis encore plus coupable :

J’ai bien fait sans le faire exprès ;

Là se borne tout mon succès,

Maintenant fais moi mon procès !

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Histoire tragique de Jacques Gueux


30 janvier 2015 par JMD

Histoire tragique de Jacques Gueux

Cette poésie éditée par les Niveleurs troyens en 1891 ne comportait pas de signature. Elle peut toutefois être attribuée sans trop de risque à Paul Martinet qui était chargé de sa vente.

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.92-93

Par une froide nuit d’automne

Un gueux errait, qu’on lui pardonne,

À travers les monts et les vaux.

Il allait par la nuit sans lune,

Couvert de haillons pour fortune,

De la faim souffrant mille maux.

Les cheveux blancs, la barbe grise,

Courbé sous la pluie et la bise Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

La Chanson du gâs


29 janvier 2015 par JMD

La Chanson du gâs

Paroles et musique du Père Lapurge [Constant Marie] in le Père Peinard, n° 201, 22 janvier 1893.

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.88

1er Couplet

Ed’ pis quarante ans sur ma fouë, (bis)

Qu’nos grands boeufs, not’ famille et moë, (bis)

Que j’ travaillons la terre.

Seul not’ propriétaire,

A comme un grand voleux,

Tout la crêm’ ed’ not ‘sueux

Y a d’la malice ! (bis)

Oui, fouë d’Bap’tiss’. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (8 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Vive la canaille !


28 janvier 2015 par JMD

Vive la canaille ! Avis aux honnêtes gens. Chant révolutionnaire

Paroles du Père Lapurge [Constant Marie], Paris, imp. F. Harry, [1887].

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.87-88

1er Couplet

Entre la vase et l’écume

De cette mer à flots humains,

Une classe se consume

À tout produire à pleines mains.

On l’appelle canaille.

Elle dort sur la paille

Dans des taudis froids et malsains. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (8 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Le Père Lapurge


27 janvier 2015 par JMD

Le Père Lapurge (chant humoristique)

Paroles et musique du Père Lapurge [Constant Marie], Paris, éd. du groupe « La Muse Rouge », 1905.

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.86-87

I

Je suis le vieux Père Lapurge,

Pharmacien de l’Humanité ;

Contre sa bile je m’insurge

Avec ma fille Égalité. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (6 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

La Dynamite


26 janvier 2015 par JMD

La Dynamite

Paroles et musique du Père La Purge [Constant Marie]. Nous reproduisons ici la première édition, publiée sur feuille volante sans nom d’auteur et sans musique, en 1886, par le groupe « » de Paris.

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.86

1.

Nos pères jadis ont dansé (bis)

Au son du canon du passé (bis)

Maintenant la danse tragique

Veut une plus forte musique,

Dynamitons ! Dynamitons ! Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

La Ravachole


25 janvier 2015 par JMD

La Ravachole

Auteur anonyme in Almanach du Père Peinard pour 1894,

Paris, aux bureaux du « Père Peinard », 1894, p. 43-44, Air de la Carmagnole et du Ça ira

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.104-105

I

Dans la grand’ ville de Paris, (bis)

Il y a des bourgeois bien nourris. (bis)

Il y a les miséreux

Qui ont le ventre creux :

Ceux-là ont les dents longues,

Vive le son, vive le son,

Ceux-là ont les dents longues,

Vive le son

D’ l’explosion ! Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Le Chant des antiproprios


24 janvier 2015 par JMD

Le Chant des antiproprios

Auteur anonyme in le Père Peinard, Paris, n° 219, 28 mai 1893.

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.103-104

1er Couplet

J’fais parti’ d’un group’ d’anarchistes

Qui a comm’ spécialité d’fair’ les déménag’ments

Pour v’nir en aide aux communistes

Qui s’trouv’nt embêtés pour payer leur logement,

Nous somm’s enn’mis de tout propriétaire,

Mais, par contre, nous somm’s amis du prolétaire :

Voilà pourquoi, parmi les anarchos,

On nous a surnommes la Ligu’ des antiproprios.

Ohé, les zigs !

À bas les flics ! (Au ref.) Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Le Chant des trimardeurs


23 janvier 2015 par JMD

Le Chant des trimardeurs

Auteur anonyme. Nous reproduisons ici la version éditée par F. Brunel dans sa série de chansons « à cinq centimes » sans musique, Paris, imp. Brunel, [1892].

Air : du Tour de France

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.103

I

Nous partons tous faire le tour du monde,

Quand nous manquons de travail et de pain,

Et cependant, notre terre féconde

Toujours assez, pour tout le genre humain.

Nos exploiteurs veulent jouir sans cesse,

Dans tous nos maux, ils trouvent un plaisir ;

Nous travaillons pour créer la richesse,

Et de misère il nous faudrait mourir ? Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (6 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Les Grands principes j’m'asseois d’ssus


22 janvier 2015 par JMD

Les Grands principes j’m'asseois d’ssus

Paroles et musique de F. Brunel, Paris, imp. Brunel, [1890].

In Gaetano Manfredonia, Libres ! Toujours …, Atelier de Création Libertaire, 2011, p.102-103

I

Pour être un homme honnête,

Il faut, à sa pip’lette,

Donner beaucoup d’gros sous

Et lui fair’ les yeux doux.

Si vous êt’s misérable

On est impitoyable :

Faut avoir le magot,

Pour être comme il faut. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...
Page 1 de 7012345»...Fin »