Articles taggés avec ‘Marius’

Marius Jacobross du Berry


Samedi 12 décembre 2015 par JMD

Nous savions le Berrichon friand de coq en barbouille, de Crottin de Chavignol ou encore d’œufs en couille d’âne. Nous avouons notre ignorance sur cette passion locale naissante pour le jeu vidéo en ligne. Ainsi quelle ne fut pas notre surprise d’apprendre par le biais du journal Le Berry la création à Vierzon de la société coopérative et participative Gamesberry.fr. Ses concepteurs, Yann Loosli et Tony Fourchet sont des gars du cru. Ils entendent bien d’ailleurs le mettre en valeur dans la Ligue des Gentleman Cambrioleurs. T’as voulu voir Vierzon ? Ben, go … and play ! Dans ce jeu axé sur la sous-préfecture du Cher devenue une mégapole,  Fiers Horizons, vous pourrez rencontrer le personnage principal de l’histoire, un certain … Marius Lupin ! Point de course de voitures rigolotes avec jet de banane à la clé. Non, pour Marius Jacobross, on repassera. Le but ? Aider en équipe les plus pauvres et collectionner les œuvres d’art … et ainsi de suite « dans un décor très Belle Epoque » pour une action qui se passerait en 2045. A n’en point douter nos vidéogamers l’ont chopé et ce de la plus belle manière qui soit en révélant le véritable nom d’Alexandre Jacob, en situant son lieu de naissance à Reuilly mais encore en affirmant l’inspiration de Maurice Leblanc. Nous savions le Berrichon amateur de coq en barbouille, de Crottin de Chavignol. Pour les couilles d’âne, cela se confirme. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Demandez le programme !


Samedi 31 août 2013 par JMD

Reprise du collier. Finie la joie de la plage ensoleillée, des coquillages et des crustacés. L’homme est un bivalve motorisé. Les doigts se crispent sur le volant. Il a fallu remonter ou redescendre. C’est selon. Et il va falloir continuer à « suer sang et eau pour l’aumône d’un salaire » alors que le droit de vivre ne devrait pas se mendier. Il doit se prendre. C’est ce que nous enseigne un honnête homme, vaincu de guerre sociale et revenu du tout … même de l’enfer. De l’autre côté des Alpes aussi, on a pratiqué la plume au sens propre, celle de l’éventrement des sales coffres-forts au nom de l’idéal anarchiste pour qu’un jour tout appartienne à tous et non aux seuls adorateurs du Veau d’Or capitaliste et de la vache Etat. Hors du commun ? Pas sûr. Tout dépend dans quel ordre, l’homo Sapiens Sapiens tient à se situer. Mais dans tous les cas, c’est bien à la rencontre d’Escande, de Barrabas, de Georges et des ses amis ou encore du vieux Marius que le Jacoblog vous convie pour ce deuxième semestre 2013. Parce que l’histoire ne s’est pas arrêtée à Pont Rémy  un jour d’avril 1903. Demandez le programme ! Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

La mort volontaire de Marius 2


Samedi 31 décembre 2011 par JMD

La voix de Robert Passas, lente, grave, émue, est doublement impressionnante. L’ancien instituteur lit des extraits du texte qu’il a écrit pour Défense de l’Homme en septembre 1954. Le timbre trahit une profonde souffrance, une douleur causée par l’absence d’un ami perdu. Mais le tourment qui ne l’a jamais quitté révèle aussi la profondeur des sentiments : admiration, amitié, amour. La mort volontaire de Marius, dernier morceau du cd inclus dans la réédition des Écrits en 2004, sonne finalement comme la conclusion d’un road-movie anarchiste commencée en 1879 dans les quartiers populaires de Marseille et s’achevant dans le hameau d’un village berrichon. Mais, en se suicidant, Marius Jacob laisse derrière lui un ami désemparé  : le hideux voyage s’achève et j’ai froid. Cinquante ans plus tard encore. Vivre libre et Mourir libre toujours. L’hommage est à la mesure de l’ami parfait. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Attila et la magie blanche


Samedi 22 octobre 2011 par JMD

Attila aime la magie blanche et nous n’y trouvons rien à redire. Le livre de Gilles del Pappas s’ouvre pourtant sur un singulier avertissement. Il n’aurait pas voulu, selon ses dires, écrire une énième biographie de l’honnête cambrioleur. Logique, l’auteur est un prolixe faiseur d’histoires délaissant ici Constantin le grec pour l’illégaliste Jacob. Ou plutôt pour Marius le Marseillais. Mais, alors, pourquoi, dans cette longue préface, prend-il le soin d’expliquer au béotien lectorat ce que furent le capitalisme triomphant de la belle Epoque, l’anarchisme et le banditisme social ? Pourquoi déclamer son amour du septième art, de cette magie blanche naissante qu’il nous fait découvrir par le prisme d’un ingénieux et intrépide voleur ? Pourquoi, enfin, se prévenir d’une très improbable accusation de lupinose galopante et envoyer aux orties « les experts de tous poils lisant ces aventures à d’autres fins que de s’en régaler simplement » ? Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Ave Marius !


Samedi 3 septembre 2011 par JMD

Un théâtre. Un pont indestructible. Un aqueduc. Pas de doute. La pax romana a apporté la prospérité à la capitale du peuple Voconce. Au deuxième siècle de notre ère, Vasio Voccontiarum est même l’une des plus riches villes de la Gaule narbonnaise. Aujourd’hui, 15 des 75 hectares de l’antique cité témoignent d’un passé prestigieux. Mais les fouilles archéologiques auraient du rappeler ce que Gladiatus nous avait montré l’an passé à la Glyptothèque de Coppenhague. Nos ancêtres les Romains, où qu’ils se trouvaient, au théâtre, sur un pont indestructible, dans une riche villa ou bien en allant chercher l’eau amenée depuis les hauteurs par l’aqueduc, se nourrissaient de bien étranges et néanmoins honnêtes lectures. Le Bab, investi reporter jacoblogueur par nos soins, a fureté au beau milieu des ruines, jusque dans d’improbables et inavouables endroits. Une quête qui n’est pas demeurée infructueuse. Avé Marius ! Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Le marché


Dimanche 26 juin 2011 par JMD

Les yeux du vieux MariusLa longue saynète Le Marché débute par la rencontre, jouée par l’équipe de L’Insomniaque en 1995, entre le vieux Marius et le jeune Robert Passas, venu à vélo le visiter. Elle met en relief la vie pas si tranquille que cela de celui que d’aucuns aimeraient bien imaginer comme un ermite reclus. S’ensuivent alors les émouvants témoignages de ce dernier, décédé un an après l’enregistrement, et de Pierre Valentin Berthier. Le livret de présentation du deuxième cd des Écrits présente ces deux interventions orales comme un ultime hommage à Marius. L’ancien instituteur de la Drôme déclare avoir toujours froid à l’évocation de son ami disparu. Le second dit l’implication de Jacob dans l’illégalisme, narre et commente les derniers jours du vieux marchand forain au mois d’août 1954 pour mieux montrer son admiration pour celui qui “a refusé de laisser au destin le choix de sa dernière heure. Telle fut cette personnalité unique, tel fut cet homme formidable“. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Va petit mousse… (1e partie)


Dimanche 12 juin 2011 par JMD

Jacob mousse, fonds Jacob, CIRA MarseilleAndré Mahé

L’homme qui servit de modèle à Arsène Lupin : l’indomptable Marius Jacob

In L’épopée de la révolte

Le roman vrai d’un siècle d’anarchie 1862 - 1962

Denoël, 1963 Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

28 août 1954


Vendredi 28 août 2009 par JMD

Dimanche 29 août 1954. Reuilly. Hameau de Bois Saint Denis. Le corps inanimé du vieux Marius repose sur son lit. Parti la vieille « le sourire aux lèvres, la paix dans le cœur en faisant la nique à toutes les infirmités qui guettent la vieillesse ». Il a fermé le robinet. « Fermé pour cause de fermeture ». On pourrait croire qu’il dort comme nous l’a dit Guy Denizeau en 2001. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (11 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

La lupinose frappe aussi à Reuilly


Jeudi 21 mai 2009 par JMD

Un superbe papier et un scoop d’enfer !!! Il y a du neuf dans le landernau berrichon. On a retrouvé le vélo de la maîtresse de Jacob ! S’agit-il de Josette Passas ? L’article de la Nouvelle République du Centre Ouest, en date du 16 avril dernier, ne le dit pas. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (10 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Marius ou Arsène ?


Mercredi 20 mai 2009 par JMD

Jacob par GilMireille Caroline commet des chroniques littéraires et autres articles  dans la Gazette de Jeanne-Lucienne sur le Net. Et Mireille Caroline ne peut s’empêcher, en décembre 2004, de verser dans la lupinose aiguë lorsqu’il s’agit, pour elle, de dire son admiration, son empathie, son frénétique enthousiasme vis-à-vis de l’honnête cambrioleur. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (6 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Le modèle d’Arsène Lupin vient de mourir


Dimanche 17 mai 2009 par JMD

Noir et Balnc, manchette du 6 septembre 1954De toute évidence, ce n’est pas rouge et noir. L’hebdomadaire Noir et Blanc, créé en 1944, verse plutôt dans les actualités mondaines à la façon, bien des années plus tard, de Point de Vue et Images du monde ou encore Jour de France et autres Gala. Le torchon, en date du 6 septembre 1954, ne manque pourtant pas d’intérêt.

Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Lettre ouverte à Georges Arnaud


Samedi 13 décembre 2008 par JMD

Georges Arnauddernière photographie de JacobEn avril 1954, Alexandre Jacob, dit Marius, file sur ses 75 ans. La lettre ouverte à Georges Arnaud, qu’il fait publier dans le n°66 du mensuel Défense de l’Homme de Louis Lecoin, révèle une pensée politique toujours aussi pointue et alerte. Nous sommes ainsi loin, très loin de l’image de l’ermite, vivant reclus dans sa maisonnette du hameau de Bois Saint Denis, dans ce Berry où il ne se passerait rien. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Rendez-vous déodatien


Lundi 29 septembre 2008 par JMD

Alexandre Jacob l\'honnête cambrioleur, ACL, 2008logo du FIG Saint DIéFIG. Festival International de Géographie de Saint Dié. Salon du livre. Samedi 4 octobre et dimanche 5 octobre 2008, l’après midi. Espace Robert Schumann : nous y serons pour présenter “l’honnête cambrioleur” et pour enclencher la discussion avec les lecteurs. Faîtes le savoir.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

L’honnête et le contretemps


Samedi 27 septembre 2008 par JMD

A Contretemps, n°32, octobre 2008“A contretemps, à contre-époque, avec pour seul propos de partir de l’écrit et d’y revenir, en renouant avec cette pensée critique qui fait tant défaut… Les livres, les revues, les publications dont il sera question ici - si l’ennui ne vient pas tout tarir - seront tous méritoires ”. A contretemps est donc une revue anarchiste de critique littéraire, politique et sociale. On peut s’y abonner facilement. Quatre numéros par an environ, prix libre, 20 € pour rentrer dans les frais, plus si possibilité. Prise de contact sur le site web de la revue. Les textes, les auteurs passent à la moulinette. Et des papiers comme celui-là, paru dans le numéro 32 d’octobre 2008, on en redemande tous les jours. Merci à Monsieur Leglou d’avoir aimé l’honnête et de l’avoir écrit. Et que vive la moulinette d’A Contretemps ! Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Les âmes d’Atala


Mercredi 24 septembre 2008 par JMD

Les âmes d\'AtalaLes âmes d’Atala. Une maison d’édition basée sur Lille. « Les Ames d’Atala sont une maisonnette d’édition consacrée à la littérature décadente. Elles ont pour but de révéler la monstrueuse beauté de textes déviants, joyaux de la fange pornographique, médicale ou prolétaire qui éclaboussent les fins de siècles. L’abîme en somme ! Et mieux que cela, l’Abîme et son cauchemar ». C’est aussi un site web. A voir. Et une revue : Amer. A lire. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...
Page 1 de 3123»