Articles taggés avec ‘Maurice Leblanc’

Dix questions à … Jean Contrucci


samedi 13 octobre 2012 par JMD

Jean Contrucci est journaliste. Il écrit aussi des romans policiers pour tous, même ceux vivant au-dessus du 45e parallèle, qui, comme chacun sait, passe par Valence. Mais nous ne vous révèlerons ni Le secret du docteur Danglars, ni même la solution de L’Enigme de la Blancarde, et encore moins le nom du coupable du Double crime de la rue Bleue. Les intrigues sorties de son imagination vous plongeront avec délectation dans les Nouveaux mystères de Marseille. L’auteur insuffle un air frais, venu du Sud, au roman populaire. Cette série, faite de dix histoires qui dépassent largement le cadre du polar régional, se clôt en 2011 avec Le Somnambule de la villa aux loups. Elle vous permettra de faire connaissance avec une galerie de personnages, tous aussi singuliers les uns que les autres et évoluant dans la cité phocéenne à la fin du XIXe siècle. C’est la ville de l’honnête cambrioleur qui prend forme. C’est aussi celle de Raoul Signoret, chroniqueur judiciaire au Petit Provençal, et de son oncle Eugène Baruteau, chef des flics du cru. Je suis de Marseille et je m’en vante, dit l’honnête cambrioleur par bravade en 1905. On comprend mieux pourquoi avec Jean Contrucci qui a bien voulu se soumettre aux dix questions du Jacoblog. Dix petites questions sur le roman policier, sur le Marseille du XIXe siècle et, bien sûr, sur cet illégaliste anarchiste qu’il affectionne et qui serait une espèce de voleur volé par un autre écrivain, celui-là nettement plus septentrional. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Le débat est ouvert, le journaliste est fermé


vendredi 11 mai 2012 par JMD

Elle a beau affirmer l’originalité de son grand-père, le journaliste du Nouvel Obs chargé de l’interviewer à l’occasion de la réédition des premières nouvelles de Maurice Leblanc chez Jean-Claude Gawsewitch Editeur en décembre 2011 refuse d’entendre l’évidente vérité. C’est même une manière de la nier que d’imaginer un débat ouvert sur la lupinose, débat qu’il vaudrait mieux laisser aux seuls spécialistes. C’est encore une manière de créditer l’idée que l’écrivain normand ait imaginé son gentleman cambrioleur sur les reprises individuelles d’Alexandre Jacob, plus voleur à coup sûr qu’homme politique agissant. Et pourtant la petite-fille dit non. François Forestier peut alors dresser le portrait d’un dandy lettré ambitieux, rêvant d’une renommée à la Maupassant ou à la Flaubert. A une époque, la fin du XIXe siècle, où nombre de plumes sont anarchisantes, Leblanc se servirait même de ses années de jeunesse, soi-disant toutes imprégnées des idées libertaires, pour créer son héros. Arsène Lupin est de retour. La lupinose, elle, n’est jamais partie et elle fait de sacrés dégâts. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Double lupinose à Historia


jeudi 10 mai 2012 par JMD

On a beau être une des deux revues de vulgarisation historique les plus vendues en France et ne pas s’embarrasser d’exactitude lorsqu’il s’agit de faire la promotion d’ouvrage à prétention biographique. Historia ne fait pas dans la demi-mesure. Les deux modèles bien réels d’Arsène Lupin se nomment Jeannolle et Jacob, le premier est un voleur et le second aussi. En 1998 deux livres leur sont consacrés. Jean-Émile Néaumet évoque le premier dans  Un flic à la Bel­le Époque tandis que Bernard Thomas dresse le portrait extraordinaire du second dans une biographie plus que romancée. Mais de cela, Rémy Kauffer n’en a cure et n’en démord pas. Les deux criminels dont il reconnait au second un discours et une orientation politique, ont tellement marqué leur temps qu’ils ne pouvaient qu’inspirer Maurice Leblanc, auteur à la recherche du succès littéraire. On retrouvera ainsi au moins pour Jacob tous les errements du journaliste au canard Enchaîné récemment décédé : le père alcoolique, l’amante et la mère qui suivent aveuglément le glorieux bandit, Pierre Loti et les billets du cambrioleur, Arthur Roques qui devient même ici Alfred et qui peut donc dire bonjour, un procès sensationnel, une libération du bagne en 1928, un amour flamboyant en 1954 juste avant le suicide non moins flamboyant. Rien de nouveau sous le soleil bien réel de la lupinose, si ve n’est qu’à Historia on l’a chopé en double. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Barbare lupinose


mercredi 9 mai 2012 par JMD

La blogosphère est un terrain propice à la lupinose. Une étendue incommensurable pour une pandémie d’une profondeur abyssale. Nous savions nos amis nippons friands du gentleman cambrioleur imaginé par Maurice Leblanc. Le manga Détective Conan parait au pays du soleil levant en 1994 ; il devient vite un dessin animé dont raffolent à l’époque les jeunes têtes blondes devant leurs écrans de télévision. Le détective Conan tire son nom du créateur de Sherlock Holmes. Le héros, jeune adolescent (Shinishi Kudô) se transformant en petit enfant (Conan Edogawa), résout au fil des épisodes nombres d’intrigues policières. Son créateur, Gosho Aoyama, se serait inspiré, nous dit le site internet consacré au fameux privé japonais, de l’écrivain normand pour créer le personnage de Ran Mouri et ainsi lui rendre hommage. Seulement, on apprend dans cette fenêtre du web que le père d’Arsène Lupin aurait fortement été influencé par un extrémiste gauchiste, expert en cambriolage ! La barbare lupinose s’internationalise. Sayonara. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Con presseur de lupinose


lundi 7 mai 2012 par JMD

Comme une allusion au 1er dan de l’aïkido, ShoDan nous invite, le 1er septembre 2011 sur son blog, la plume et le rouleau, à la rencontre de deux personnages. Le premier est un voleur anarchiste, le second un écrivain populaire d’origine bourgeoise connaissant la célébrité en inventant un génial gentleman cambrioleur. Nous ne savons pas où l’auteur de ce très long article a eu sa ceinture blanche mais il est sûr que long est le chemin qui mène à la parfaite compréhension des faits. ShoDan entend user de références sérieuses pour mettre en lumière le rapprochement Jacob – Lupin tant les sites qui l’évoquent sont souvent entachés de lourdes erreurs et / ou versent dans des digressions outrancières et hors de propos. Seulement … seulement, à trop vouloir nous épargner de longs développements, ShoDan s’est pécho une sérieuse lupinose et un sens certain de l’erreur. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Vrai Lupin et faux semblant à Libé


vendredi 4 mai 2012 par JMD

Un gros dessin, un tout petit texte et cela suffit. Le titre de l’article lui-même, écrit en très gros pour ceux qui aurait du mal à comprendre, permet au jacoblogueur initié de saisir la très forte affliction qui touche son auteur Fabrice Drouzy : Arsène Lupin, le vrai. Vite lu, vite consommé, vite digéré. Peut-être s’agit-il d’une conception originale propre aux pages culturelles de Libération. L’article est paru le 25 février dernier et rend compte de la parution de l’ouvrage à caractère biographique signé par Jacques Colombat, cinéaste de son état et qui aurait mieux fait de le rester. On en reparlera en septembre. Mais à Libé, la vie de Marius Jacob qui inspira la fiction de Maurice Leblanc permet aussi de gloser sur le ridicule rapport historique de l’anarchiste à la violence. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Attila et la magie blanche


samedi 22 octobre 2011 par JMD

Attila aime la magie blanche et nous n’y trouvons rien à redire. Le livre de Gilles del Pappas s’ouvre pourtant sur un singulier avertissement. Il n’aurait pas voulu, selon ses dires, écrire une énième biographie de l’honnête cambrioleur. Logique, l’auteur est un prolixe faiseur d’histoires délaissant ici Constantin le grec pour l’illégaliste Jacob. Ou plutôt pour Marius le Marseillais. Mais, alors, pourquoi, dans cette longue préface, prend-il le soin d’expliquer au béotien lectorat ce que furent le capitalisme triomphant de la belle Epoque, l’anarchisme et le banditisme social ? Pourquoi déclamer son amour du septième art, de cette magie blanche naissante qu’il nous fait découvrir par le prisme d’un ingénieux et intrépide voleur ? Pourquoi, enfin, se prévenir d’une très improbable accusation de lupinose galopante et envoyer aux orties « les experts de tous poils lisant ces aventures à d’autres fins que de s’en régaler simplement » ? Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Dix questions à… L’Insomniaque


samedi 17 septembre 2011 par JMD

Tel un beau pléonasme, L’Insomniaque pourrait se lever tôt et émarger à l’esclavage salarié, à la suite cette Belle France, qu’avait si bien décrite Darien en son temps et qui, aujourd’hui, travaille plus pour gagner plus. Mais le travail tue ou rend libre. C’est selon. L’Insomniaque entend bien briser, à la manière des luddistes du début du XIXe siècle, les chaînes de l’oppression sociale et culturelle qui fait de l’individu lambda un paponnesque consommateur. Un but évident : ne pas se taire et répondre à l’injure permanente faite au droit de vivre. Depuis 1993, ses livres distillent un chouette savoir, un savant bonheur, une lumineuse et intelligente subversion. Des artisans de la lettre, un point d’honneur à ne produire que des bouquins pas chers et de qualité, et surtout une intense jubilation à tenir entre ses mains, en 1995, l’indispensable ouvrage, réédité neuf ans plus tard. C’est peu dire que la sortie des Ecrits d’Alexandre Marius Jacob, sa réédition et les trois déclinaisons de la collection A Couteaux Tirés permettent d’entrevoir autre chose qu’un singulier voleur distillant, sans parcimonie aucune, des coups plus fameux les uns que les autres. La nouvelle sortie, ce mois de septembre, des Travailleurs de la Nuit, petit opus réunissant la déclaration Pourquoi j’ai cambriolé ? et les Souvenirs d’un révolté dans la collection Petites Insomnies, était l’occasion, pour le Jacoblog, de poser dix petites questions aux Insos de Montreuil. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Va petit mousse… (1e partie)


dimanche 12 juin 2011 par JMD

Jacob mousse, fonds Jacob, CIRA MarseilleAndré Mahé

L’homme qui servit de modèle à Arsène Lupin : l’indomptable Marius Jacob

In L’épopée de la révolte

Le roman vrai d’un siècle d’anarchie 1862 – 1962

Denoël, 1963 Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

L’indomptable Marius Jacob


samedi 11 juin 2011 par JMD

Il est L’homme qui servit de modèle à Arsène Lupin. Demain, après-demain et le jour suivant. Trois jours pour ce chapitre tiré de L’Épopée de la révolte, et écrit par André Mahé. Le livre est, lui coécrit avec Gilbert Guilleminault. Il est paru chez Denoël en 1963 et s’intègre dans la collection des Romans Vrais dirigée par ce même Guilleminault. Un an plus tard, dans son numéro 123 (août 1964), la revue Historia reprend le texte, légèrement réduit. C’est peu dire, donc, qu’avec Alexandre Jacob, Alain Sergent, qui signe ici son texte de son vrai nom, tient un filon littéraire à la suite de sa biographie de l’honnête cambrioleur, parue au Seuil treize ans plus tôt. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Connaissez-vous Arsène Lupin ?


samedi 7 mai 2011 par JMD

Lupinose pour un champion. Si le jeu possède son utilité sociale quand il est pratiqué collectivement, le questionnaire permet de mesurer un niveau individuel de savoir. Inséparable du développement de la presse nationale ou thématique, les quizz en tout genre fleurissent pour égayer la lecture forcément plus austère de tel ou tel papier ; par exemple, sur l’histoire du crime ou encore sur celle du gentleman cambrioleur. Et le résultat de tomber. Imparable. Vous êtes assurément atteints de lupinose lorsque que vous lisez Historia ou Le Figaro. Dis-moi ce que tu réponds et je te dirais ton degré d’affliction. Car si vous connaissez Arsène Lupin, si le monde des bandits n’a plus de secret pour vous, il n’est pas sûr en revanche que vous maîtrisiez la geste jacobienne. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Le jeu d’Emile Lupin


vendredi 6 mai 2011 par JMD

Ca commence toujours ou presque par « Chers amis, bonjour ! » et ça fait plus de cinquante ans que ça dure. Le jeu des 1000 euros est même le plus ancien des jeux du paysage radiophonique français. Et, de ville en ville, Lucien Jeunesse, Louis Bozon mais aussi Roger Lanzac, Maurice Gardett ou encore Albert Raisner ont égrainé nombre de questions bleues, blanches et rouges. Depuis trois ans, c’est Nicolas Stoufflet qui s’y colle. Sous les cris d’un public déchaîné et le plus souvent provincial, on ne compte plus les candidats qui ont tenté le banco puis qui se sont ramassé ou pas sur le super banco. Le mardi 23 novembre 2010, l’animateur de France Inter a posé ses valises dans un petit village de l’Indre où l’on boit du rouge AOC, où l’on mange du boudin et où l’on semble atteint d’une vache et bizarre maladie. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Universalienne lupinose


jeudi 5 mai 2011 par JMD

L’historien démêle par définition les fils du passé et la tâche n’est pas aussi simple qu’il n’y parait. Car étroite est la marge entre la perception du fait et le fait lui-même. Car facile est le stéréotype. Car la démarche révisionniste n’écrase pas forcément l’imagerie traditionnelle quand la déformation a prise dans le réel. Si, longtemps, certains ont eu la chance de se lever de bonne heure, plus longtemps encore la barbe de Carolus Magnus, créateur de l’école formatrice et non émancipatrice, resta joliment fleurie. A Epinal comme dans le reste de l’hexagone, l’idée d’une France fièrement résistante demeure tenace. On sait fort heureusement aujourd’hui que peu nombreux partirent en août 1914 la fleur au fusil. Peu vers Berlin et encore moins une bonne centaine d’année plus tôt suivirent, le cœur altier, le tyran corse à l’assaut des steppes russes. Jean Tulard est justement spécialiste du fait napoléonien mais ce n’est pas à ce titre qu’il intègre la galaxie des victimes de la lupinose. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

L’Almanach du Berricon


mercredi 4 mai 2011 par JMD

Les almanachs ont, théoriquement, une durée de vie limitée, égrainant jour après jour, mois après mois, leur lot de recettes du cru, de petits trucs sympas pour illuminer les cuivres ou enlever la tâche de myrtille qui tue. Passé le 31 décembre, les tâches reviennent et les cuivres se ternissent. S’il ne brille guère par la valeur des informations données, l’almanach est bien souvent lié à son lecteur par un thème précis, une région déterminée, une pratique sportive ou culturelle. En 1940, l’almanach Wehrmacht rassemblait les aficionados de la Blitzkrieg. En 2006, celui du Berrichon, comme son nom l’indique, couvre une aire géographique particulière. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Lupinose 51 au Monde


mardi 3 mai 2011 par JMD

L’été est propice aux articles plus légers dans la presse nationale. Le Monde, le très sérieux Monde, l’austère Monde n’échappe pas à la règle. Le 05 août 2010, le torchon fondé par Hubert Beuve-Méry invite le courageux lecteur qui ose s’aventurer jusqu’au plus profond de ses pages intérieures à s’aventurer dans Marseille au rythme de la petite et grande histoire. Par le biais de son correspondant local, le quotidien promotionne la truculente et toute méridionale verve de Jean-Pierre Cassely, guide ou conteur ou les deux à la fois. L’homme semble connaître sa ville sur le bout des doigts ou plutôt jusqu’à la pointe de ses escarpins. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...
  • Pour rester connecté

    Entrez votre adresse email

  • Étiquettes

  • Archives

  • Menus


  • Alexandre Jacob, l'honnête cambrioleur