Articles taggés avec ‘Danan’

Miam-miam aux îles du Salut


vendredi 4 mai 2018 par JMD

….Ou de l’anthropophagie comme légitime vengeance

Bien que l’on puisse insérer la Cervelle à la mode des îles du Salut dans l’imaginaire du bagne où l’évasion et l’anthropophagie ont une place de choix, il convient de considérer cette historiette de Jacob aussi et surtout comme un acte avéré de résistance à la l’Administration Pénitentiaire. Avéré, mais aussi largement trituré, déformé, remanié … cuisiné par les nombreux textes et souvenirs recueillis qui reprennent cette culinaire anecdote. Madeleine Briselance, par exemple, qui a connu l’ancien fagot sur les marchés et foires du Berry, s’est rappelé pour nous en 2002 de foie humain  – en lieu et place de la fameuse cervelle persillée  décrite par Alexis Danan en 1961 – donné à manger aux surveillants des îles du Salut. Bon appétit aux pays des hommes punis. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Le Zoo de Ré


samedi 12 janvier 2013 par JMD

la citadelle de Saint Martin de RéL’exclusion sociale et géographique du condamné aux travaux  forcés commence au dépôt pénitentiaire de Saint Martin de Ré. Se clôt aussi de fait son existence métropolitaine. L’attente du départ vers la Guyane devient alors l’activité principale du forçat à venir même si, avec le temps, les perspectives d’un avenir heureux s’amenuisent. Le détenu doit envisager son nouveau statut avec pragmatisme. Escande est devenu Jacob et, à son tour, Jacob est devenu forçat, écrit Alexandre Jacob à sa mère le 3 décembre 1905. Ce n’est pourtant pas l’abattement qui caractérise la vie rétaise de l’honnête cambrioleur, mis immédiatement à l’isolement. Bien au contraire, les treize lettres écrites, depuis l’établissement zoologique et que vous allez pouvoir lire tout au long de ce premier semestre de 2013, révèlent la formidable volonté d’un enfermé. Mais la lutte dans cet univers si particulier ne se conduit pas de la même manière que dans la vie libre. Elle suppose organisation et réseaux. C’est ce à quoi s’attache Alexandre Jacob dans des lettres désormais de plus en plus codées (voir article la famille imaginaire de Barrabas). Le 20 août 1905, il franchit la porte du dépôt pénitentiaire de Saint Martin de Ré. Il porte le numéro d’écrou 4043. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Gentil médecin


dimanche 9 octobre 2011 par JMD

Majors, colonels ou capitaines, les médecins du bagne sont des militaires. Ils subissent une double pression : celle inhérente à leur fonction et dans un milieu particulièrement mortifère, et celle de l’Administration Pénitentiaire pour qui le fagot n’est qu’un simulateur. Le constat qu’ils peuvent alors faire induit de facto une opposition qui peut virer au conflit ouvert avec tel ou tel surveillant, puis avec tel ou tel commandant. Le cas du docteur Rousseau n’est pas unique et rares furent les toubibs du bagne, pourtant affranchis de l’autorité instituée, qui firent allégeance à l’œuvre de mort carcérale et ont suivi à la lettre consignes et règlements. C’est entre autres ce qui rend Jacob Law particulièrement acrimonieux à leur encontre… sauf  envers l’Oncle Louis qui n’officia pourtant que deux ans aux îles du Salut. On comprend dès lors la courte durée de la fonction exercée et les témoignages qui suivent (Liard-Courtois, Law, Dieudonné, Danan, Maroger, Belbenoit, Roussenq) ne pouvaient que mettre en exergue un véritable apostolat médical en Guyane. Gentil médecin. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Genèse d’une lettre


dimanche 18 octobre 2009 par JMD

La lettre ouverte au procureur de Marseille que publie post-mortem L’Unique en décembre 1954 est née dans la douleur. Peut-être est-ce pour cette raison que le « cambrioleur en retraite » Jacob en tire une certaine rancœur vis-à-vis du mouvement libertaire, déliquescent au sortir du second conflit mondial, et plus particulièrement de Louis Lecoin et de ses proches. Il estime l’équipe de Défense de l’Homme trop sectaire. Le magazine n’a en effet pas jugé bon de publier un document montrant pourtant l’infatigable épistolaire qu’il fut. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (7 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

La lettre au proc


samedi 17 octobre 2009 par JMD

Nous ignorons les raisons qui, au début de l’année 1954, ont poussé le « cambrioleur en retraite » Jacob à effectuer une demande d’extrait de casier judiciaire auprès des services de la préfecture des Bouches du Rhône. Toujours est-il que le fait alimente sa vindicte contre le fisc et les agents de l’Etat. A vrai dire, la colère du vieil anar n’a fait que croître depuis son arrestation et sa condamnation à la fin de la guerre pour quelques mètres de tissus non déclarés. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (8 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

A-phorismes d’août (23)


dimanche 23 août 2009 par JMD

Il faudrait que tous ceux qui ont une fonction judiciaire, pénitentiaire soient astreints à purger six mois de taule, règlement à la clé, avant obtention de leur diplôme, de leur brevet.

Lettre à Alexis Danan, 23 août 1954

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (9 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Marseille, 31 mars 1899


samedi 15 novembre 2008 par JMD

Mont de PiétéLe vol du Mont de Piété fait rire « Marseille jusqu’aux larmes, et toute la France avec elle » nous dit Alexis Danan en 1935 dans le magazine Voilà. Et pour cause, commis le 31 mars 1899, il est mis à jour le lendemain, 1er avril. Repris dans le détail par Alain Sergent, on le retrouve largement romancé dans les biographies de Jacob commises par William Caruchet (Marius Jacob l’anarchiste cambrioleur, p.21-25) et Bernard Thomas (Les vies d’Alexandre Jacob, p.104-107) qui précise même : « Ce style est celui qu’adoptera Arsène Lupin ». On le retrouve dans la bande dessinée 26 rue de la Martinière, tome 4 de la série Pêcheurs d’étoiles de Lacaf et Moriquand. On peut enfin l’ouïr dans le premier des deux cd accompagnant la première édition des Ecrits de l’illégaliste chez L’Insomniaque. Pourtant les sources manquent sur ce truculent larcin. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (8 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

La nécro du ML


samedi 25 octobre 2008 par JMD

dernière photographie de JacobLe n°1, en octobre 1954, du Monde Libertaire ne fait qu’annoncer la mort d’Alexandre Jacob. Notons que le journal ne le prénomme pas Marius. Le mois suivant, l’organe de la Fédération Anarchiste reconstituée ouvre ses colonnes à l’auteur de Cayenne, 1934, pour dresser le portrait de l’honnête cambrioleur. Plus qu’une simple nécrologie, le texte d’Alexis Danan verse dans une véritable hagiographie. Les mots s’articulent autour d’une astucieuse et malicieuse comparaison christique dans laquelle les vies, les gestes et la pensée de l’illégaliste Jacob l’emportent nettement sur celle du Nazaréen. Car, là où l’un, le crucifié, faisait fi du pouvoir terrestre en place pour poser les bases d’une secte qui allait, des millénaires durant, décerveler des milliards de crédules ; l’autre, le voleur, le bagnard, remettait en cause, à son humble niveau l’essence même de tout pouvoir, qu’il soit spirituel ou temporel. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (6 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Le crépuscule du justicier


samedi 13 septembre 2008 par JMD

Franc Tireur 3 août 1954Alexis Danan – auteur d’un livre sur le bagne et de la notice nécrologique sur Jacob publiée dans Le Monde libertaire en novembre 1954 – écrivit, à près de vingt ans de distance, deux articles sur Jacob. Le second parut quelques semaines avant la mort du vieil anarchiste, le 3 août 1954, dans le journal Franc Tireur. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Marius et Alexis


jeudi 21 août 2008 par JMD

Marius Jacob, Amboise 1935Alexis DananLes deux lettres d’Alexandre Jacob à Josette Passas qui suivent, évoquent la rencontre de l’ancien bagnard avec Alexis Danan à Amboise. Nous avons déjà mis la première en ligne (24 avril dernier). Jacob y avoue avoir cambriolé le château des rois capétiens ainsi que de nombreuses autres demeures dans le Val de Loire. Mais, en 1935, ce nouveau « Jean Valjean » ne fait que poser son barnum au pied du royal édifice. La seconde missive de Jacob explique en outre l’anachronisme du prénom Marius accolé à la période des Travailleurs de la Nuit et du bagne, et repris depuis dans de nombreux papiers sur l’illégaliste. Alexandre ne devient ainsi Marius que pour des raisons d’ordre professionnel … et tout cela est bien légal. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Jean Valjean 1935


jeudi 21 août 2008 par JMD

Voilà, 18 mai 1935Affirmer que l’article que donne Alexis Danan sur le forçat « régénéré » Jacob, dans le magazine Voilà le 18 mars 1935, est sérieusement orienté peut sembler être un doux euphémisme. La prose du journaliste écrivain, auteur cinq ans plus tôt de Cayenne, peut expliquer le fait. Il rencontre d’ailleurs l’anarchiste pour l’occasion à Amboise. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Marius, Oncle Louis et les Passas


mercredi 13 août 2008 par JMD

Robert Passas dans son bureauLouis Rousseau devant son étagère à souvenirsLa courte et incomplète relation épistolaire entre le docteur Rousseau et les Passas nous parait intéressante à plusieurs titres. 28 août 1954. Alexandre Jacob est mort. Son souvenir demeure dans le cœur de l’Oncle. Cela prouve au demeurant que l’ancien médecin des îles du Salut a conservé des relations avec certains de ses anciens patients, quitte à partager sur certains point leur anarchisme. Rousseau nous livre également son sentiment sur le bagne. Sentiment partagé avec l’honnête fagot que fut le vieux Marius, dont son vieil ami nous dit encore la volonté d’en finir et de se délivrer de ses « salopes » de maladies qui le guettaient, et ce malgré la peine faite à ses compagnons. De toute évidence, Alexandre Marius Jacob marque les gens qui l’ont fréquenté : l’ancien médecin des îles du Salut comme le jeune couple d’instituteurs de la Drôme. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Du justicier et prodigieux JACOB


lundi 26 mai 2008 par JMD

Défense de l\'homme n°71 Défense de l’Homme

N°71, septembre 1954

Deux morts qui seront douloureusement ressenties

 

Celle du dynamique et vaillant Le Meillour

 

CELLE DU JUSTICIER ET PRODIGIEUX JACOB

Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Visions des îles du Salut


samedi 3 mai 2008 par JMD

catre des îles du Salut Anciennement nommées îles du Diable, du fait notamment des forts vents contraires obligeant les navires pris dedans à effectuer un long détour pour pouvoir retrouver leur trajet initial, les îles du Salut tirent leur nom de l’expédition guyanaise ordonnée par Choiseul en 1762. C’est là que viennent trouver refuge les colons survivants avant de regagner l’Europe le plus vite possible. 7000 personnes moururent rapidement de famine et d’épidémie. Cet archipel de trois petites îles (environ 69 ha) possède en effet un climat plus propice à l’installation humaine. C’est alors une léproserie avant de devenir à la fin du XIXe siècle la prison de haute sécurité de la colonie pénitentiaire. Les îles du Salut accueillent environ un millier de forçats. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Jacob dans L’EPEE DU SCANDALE


samedi 26 avril 2008 par JMD

l\'épée du scandaleJournaliste, humaniste et poète dans sa jeunesse, Alexis Danan (1890-1979) s’est fait connaître par ses combats  contre la maltraitance, pour la fermeture des bagnes d’enfants (Mettray notamment) et du bagne tout court.  Il est l’auteur en 1934 de Cayenne, ouvrage dénonçant vertement la colonie pénitentiaire guyanaise à partir de portraits de forçats. Mais ce n’est qu’en 1935 qu’il rencontre Alexandre Jacob sur le marché d’Amboise. De cet entretien naît un reportage « Jean Valjean 1935 », paru dans le magazine Voilà  (n°217, 18 mai 1935), dans lequel Danan donne l’image d’un homme revenu de l’enfer des îles du Salut et désormais inséré dans le monde des marchands forains. Danan rencontre une deuxième fois Jacob quelques jours avant son suicide. L’article qui s’ensuit sonne comme l’hagiographie d’un homme au soir de sa vie : « Le crépuscule du justicier » parait dans Franc Tireur le 3 août 1954. C’est lui qui se charge de la nécrologie de l’ancien voleur, ancien bagnard, ancien marchand forain qui se suicide le 28 août 1954, dans les colonnes du monde libertaire en novembre 1954. Il évoque encore Jacob, avec de nombreuses erreurs et imprécisions, dans le livre-souvenir qu’il écrit en 1961 : L’Epée du scandale. Extraits : Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...
Page 1 de 212