Léon et Angèle FERRE


26 avril 2008 par JMD

Léon Ferré 1905Dans son roman à caractère biographique, Bernard Thomas affirme que les époux Ferré se seraient installés à Narbonne après avoir purgé leur peine. La Cour d’assises de Laon  condamne en appel, le 1er octobre 1905, Léon Ferré à huit années de réclusion et sa femme, Ecélie Ephrosine Bononi, dite Angèle, à 3 ans de prison. Le 22 mars de cette année, le procès d’Amiens avait conclut à leur culpabilité dans l’affaire dite des « bandits d’Abbeville » et les respectivment  avaient condamnés à 10 ans réclusion et 5 ans de prison. La participation de ce couple aux travailleurs de la nuit ne fait en effet aucun doute. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Libérez mon fils !


26 avril 2008 par JMD

Caricature de Marie Jacob au moment du procès d\'Amiens Marie Jacob est acquittée en appel par la cour d’Assises de Laon le 1er octobre 1905 alors que son rejeton attend à Saint Martin de Ré son départ pour la Guyane. La mère du bagnard espère immédiatement pouvoir le faire sortir d’un espace qu’elle sait mortifère. C’est à Paris qu’elle active les réseaux de soutien anarchistes et qu’elle commence à multiplier les démarches administratives. Jusqu’en 1925, toutes sont vouées à l’échec. Celle de 1910 est la première dont nous ayons pu trouver trace dans les services d’archives. La lettre qu’elle adresse au Président de la République le 10 janvier de cette année par l’entremise du « bon docteur Flaissière » de Marseille (un des premiers sénateurs socialistes de France), permet l’ouverture d’un dossier auprès de la commission de recours en grâce. Dans cette longue supplique, Marie présente son fils comme une victime expiant aux îles du Salut des crimes qu’il n’a pu commettre puisqu’il a toujours été un bon fils. Nous pouvons alors y trouver une version toute particulière de l’enfance du bagnard mais également des allusions à ses premières tentatives d’évasion ainsi qu’au meurtre du forçat Capeletti. Le ton larmoyant n’émeut pas la commission qui, le 21 février,  rejette la demande « une mère brisée par des chagrins exceptionnels ». Marie Jacob ne baisse pas les bras pour autant. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Jacob dans L’EPEE DU SCANDALE


26 avril 2008 par JMD

l\'épée du scandaleJournaliste, humaniste et poète dans sa jeunesse, Alexis Danan (1890-1979) s’est fait connaître par ses combats  contre la maltraitance, pour la fermeture des bagnes d’enfants (Mettray notamment) et du bagne tout court.  Il est l’auteur en 1934 de Cayenne, ouvrage dénonçant vertement la colonie pénitentiaire guyanaise à partir de portraits de forçats. Mais ce n’est qu’en 1935 qu’il rencontre Alexandre Jacob sur le marché d’Amboise. De cet entretien naît un reportage « Jean Valjean 1935 », paru dans le magazine Voilà  (n°217, 18 mai 1935), dans lequel Danan donne l’image d’un homme revenu de l’enfer des îles du Salut et désormais inséré dans le monde des marchands forains. Danan rencontre une deuxième fois Jacob quelques jours avant son suicide. L’article qui s’ensuit sonne comme l’hagiographie d’un homme au soir de sa vie : « Le crépuscule du justicier » parait dans Franc Tireur le 3 août 1954. C’est lui qui se charge de la nécrologie de l’ancien voleur, ancien bagnard, ancien marchand forain qui se suicide le 28 août 1954, dans les colonnes du monde libertaire en novembre 1954. Il évoque encore Jacob, avec de nombreuses erreurs et imprécisions, dans le livre-souvenir qu’il écrit en 1961 : L’Epée du scandale. Extraits : Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Arsène Lupin


25 avril 2008 par JMD

logo du papier à en-tête du Clos LupinOn ne compte plus les articles de presse qui mentionnent Alexandre Jacob comme étant le VRAI Arsène Lupin. Si l’on doit  première allusion au héros créé par Maurice Leblanc au Commandant Michel dans l’interview qu’il donne pour le magazine des frères Kessel, Confessions, en 1937, c’est bien Alain Sergent, lui-même qui impulse l’imposture lupinienne. La biographie qu’il écrit sur Jacob date de 1950. En août 1964, en collaboration avec Gilbert Guilleminault, il donne pour le n°213 du magazine de vulgarisation Historia un article au titre significatif : « L’homme qui servit de modèle à Arsène Lupin ». Le fallacieux parallèle est depuis presque systématiquement fait à chaque fois que l’on trouve un papier sur Jacob. La petite-fille de Maurice Leblanc s’est exprimée pour nous à ce propos. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 3,67 sur 5)
Loading...

Histoire de SES yeux


25 avril 2008 par JMD

Les yeux de Jacob 1950Une grande majorité des témoignages, articles, souvenirs, etc…, que nous avons pu récolter sur Alexandre Jacob, mettent en avant l’attrait physique du personnage. L’image de Jacob, amplement déformée, remodelée, recomposée depuis sa mort en 1954, découle de cette vive émotion qu’a suscitée le procès d’Amiens du 8 au 22 mars 1905.  La vulgarisation des thèses lombrosiennes sur le criminel-né trouve alors dans la presse un exemple des plus probants et la description physique du « chef » des Travailleurs de la Nuit doit ainsi renforcer le portrait du criminel atavique. Mais le charisme d’Alexandre Jacob ne fait guère de doute non plus. Son regard intrigue, dérange, pénètre, séduit, bien après sa condamnation et son envoi au bagne. L’homme, lui-même, était conscient de cette particularité parfois gênante, parfois très heureuse. Florilège Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Le marque-page Jacob


25 avril 2008 par JMD

 marque-page Jacob de la CNT

Outre son utilité première, le marque-page offre la possibilité de synthétiser un personnage, une idée, une histoire … un livre par le biais d’une petite phrase, d’un slogan, d’un jeu de couleurs, d’une image. La qualité esthétique de ce type de support publicitaire réalisé sur un espace restreint en fait alors un bon moyen de promotion et de propagande. Ainsi peut-on lire sur celui réalisé par la CNT au début de ce millénaire (à moins que ce ne soit à la fin du précédent) : le droit de vivre ne se mendie pas, il se prend. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Jacob châtelain ?


24 avril 2008 par JMD

le château d\'AmboiseLettre de Marius Jacob à Josette Passas, non datée

Si je connais le château d’Amboise ? J’en ai été le propriétaire en 1902 pendant trois à quatre heures. Alexis Danan l’a visité. Tous les dimanches, nous y garons la voiture à ses pieds. C’est un parc. De Nantes à Orléans, je connais toute la région. J’y ai quelques anciens clients. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 3,00 sur 5)
Loading...

Souvenirs de mousse


24 avril 2008 par JMD

Jacob mousse, fonds Jacob, CIRA MarseilleAlexandre Jacob a officié sur au moins huit navires : le Thibet, le Ville de la Ciotat, l’Armand Behic, le Prince of Albert, le Guadiana, le Douro, l’Alix et le Suzanne et Marie. Il ne fait guère de doute que ses multiples voyages ont nourri son imagination et sa réflexion. Mais sa vie de mousse ne nous est guère connue que par les trois biographies commises par Alain Sergent, Bernard Thomas et William Caruchet. Il  n’y a pas pléthore de sources quant à cette période déterminante. Les archives des Messageries Maritimes ont été brûlées dans les années 1980. Restent alors les souvenirs du vieux marchand forain écrivant à Jean Maitron en 1948, puis à Josette Passas en 1953 et 1954. S’ouvre ainsi à nous une expérience maritime enrichissante même si lors de son procès, à Amiens en 1905, Alexandre Jacob a pu déclamer : « J’ai vu le monde et il n’était pas beau ». Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Reuilly, Jacob et moi


24 avril 2008 par JMD

blason de reuillyLorsque je suis me suis fixé, presque par hasard, à Reuilly en 2001, je ne connaissais de cette ville que son vin, et encore par ouï-dire. En revanche, je connaissais Alexandre Jacob au travers de différents ouvrages surtout les deux volumes de correspondances publiés chez l’Insomniaque. J’avoue n’avoir fait le lien entre Reuilly et le pays où il ne se passe rien de Jacob, qu’une fois installé. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

L’article du journal local


23 avril 2008 par JMD

La Nouvelle République du 20 avril 2008Régulièrement la presse berrichonne édifie son lectorat, à l’occasion d’un évènement local, régional ou national, sur les terribles, extraordinaires, cocasses, aventureuses aventures de Marius Jacob. Dans le coin on dit Marius car, lorsqu’il s’y installe,  c’est le prénom (son deuxième à l’état civil) qu’Alexandre utilisait sur son barnum pour vendre sa bonneterie sur les foires et marchés du Val de Loire. Extraordinaires, cocasses, terribles, aventureuses. Mais en règle générale, la réalité historique s’efface le plus souvent devant un imaginaire considéré comme plus sympathique ou comme plus acceptable parce que politiquement correct.  Nous ne savons pas s’il s’agit d’un hasard, celui qui fait parfois bien les choses, mais les papiers sur Marius fleurissent comme les soldats de Badinguet tombaient à Gravelotte. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Rose est morte


23 avril 2008 par JMD

Rose Roux Jeune ?Lazarine Rose Roux, dite Henriette Beziat, est née à Marseille le 17 septembre 1868.  Rose aurait été la compagne de Jules Clarenson avant d’unir sa destinée à celle d’Alexandre Jacob. Dès le début de l’instruction menée par le juge Hatté d’Amiens, Rose Roux retient l’attention. Nettement plus âgée que son amant de voleur, elle manifeste les mêmes opinions que lui. Circonstances aggravantes, cette ancienne prostituée marseillaise a négocié une partie du butin du vol Bourdin (rue Quincampoix, Paris, 6 octobre 1901) et s’est fait prendre à chaparder dans le grand magasin parisien Le Bon Marché. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Le juge Hatté instruit l’affaire d’Abbeville


22 avril 2008 par JMD

l\'oeil de la police L’arrestation d’Alexandre Jacob et de Léon Pélissard, le 23 avril 1903, marque le début de l’instruction menée contre la «bande sinistre ». Le commissaire Girault, en poste à Abbeville, rend régulièrement compte au préfet de la Somme et au directeur de la Sûreté générale de l’avancement de l’instruction judiciaire menée au sujet « des cambrioleurs Jacob et autres ». Le 4 juin 1903, il estime qu’elle « donne lieu à des découvertes intéressantes au point de vue de la sûreté générale ». Quatorze jours plus tard, « l’instruction suit son cours normal ». Mais, face à l’ampleur de l’organisation mise à jour, le commissaire ne prévoit la fin des recherches entreprises par le juge Hatté que vers la fin de l’été 1904. Le 1er novembre 1903, ce dernier écrit au procureur général d’Amiens pour faire état de l’avancement de ses investigations : Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Les Travailleurs de la Nuit : le groupe 2002-2005


22 avril 2008 par JMD

pocette de l\'album Les Travailleurs de la nuitBatterie : Clément. Basse, chant : Kamel. Guitare : R-Kommander. Guitare, chant : François. Sax ténor : Tim. Trompette : Clément. Chant : Audrey Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Le procès d’Amiens vu par La Gazette des Tribunaux


22 avril 2008 par JMD

palais de justice d\'AmiensMalgré un tirage limité et ciblé ,la Gazette des Tribunaux, journal né en 1825 et spécialisé dans le compte-rendu de procès, n’échappe pas à la mode du fait divers qui fait la fortune des grandes feuilles nationales. Ce fait divers, qu’elle nomme AFFAIRE pour bien se différencier des journaux populaires, n’en constitue pas moins un fonds de commerce, initialement destiné à un public de juristes qu’elle perd à la fin du XIXe siècle pour s’approprier un lectorat de curieux, avides de sensationnel. Le journal peut alors se targuer de son ancienneté. Stendhal n’aurait-il pas imaginé Le Rouge et le Noir de la lecture de  la Gazette des Tribunaux en 1827 ? Et, de ces chroniques bourgeoises et « morales » du palais d’injustice, à l’image de celles d’Albert Bataille dans ses Causes criminelles et mondaines, se dégage l’éternel sentiment d’insécurité et son corollaire politique : la nécessité de réforme allant dans le sens de plus de répression bien sûr. Le procès d’Amiens, dit « de la bande d’Abbeville », du 8 au 22 mars 1905, n’échappe pas à la règle. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Marius et Josette


21 avril 2008 par JMD

Marius Jacob dans son jardin A 74 ans, Alexandre Jacob se découvre une passion amoureuse pour Josette, jeune femme de 26 ans. Mais ce n’est que lors d’une troisième visite du couple Passas, en septembre 1953, qu’il avoue le sentiment qui l’anime depuis un an. Robert Passas, parfaitement au courant de cette relation, ne connaît pas la jalousie pour autant et laisse sa femme correspondre pendant un an avec son ami. Il sait aussi que cet amour maintient le vieil anarchiste en vie. Car, de plus en plus ce dernier évoque le suicide dans ses nombreuses lettres. De septembre 1953 à juillet 1954, ce sont plus de 150 missives que Josette reçoit de Bois Saint Denis. Certaines font plus de six pages. Si nous pouvons entrevoir le quotidien du vieil homme, ses souvenirs et ses pensées, cette intense relation épistolaire met aussi et surtout en avant un amour presqu’adolescent. Beau et touchant. Extraits. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
  • Pour rester connecté

    Entrez votre adresse email

  • Étiquettes

  • Archives

  • Menus


  • Alexandre Jacob, l'honnête cambrioleur