Articles taggés avec ‘Paris’

Vive les enfants de Cayenne !


samedi 20 juin 2009 par JMD

Une intro sourde, lourde, bétonnée. Lourde et sourde comme les pas des fagots tournant le dos à leur passé d’hommes libres. Dépôt pénitentiaire de Saint Martin de Ré. Ils vont s’embarquer sur La Loire ou La Martinière. Cela dépend de l’époque. Les deux bâtiments de la Société Nantaise de Navigation les transporteront dans des cages appelées bagnes. Tout un programme. Et vogue la galère. Guyane et son enfer vert, vaste comme une dizaine de départements métropolitains. Un pays où il n’y a pas d’avenir. « On est sans nom, on est plus rien » dit une autre chanson. Et celle-ci, écrite par Albert Londres en 1928, dévoile la seule perspective du criminel exilé : « On est plus qu’un bateau de chiens qu’on emmène crever vers une île ». Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (10 votes, moyenne: 4,90 sur 5)
Loading...

Le modèle d’Arsène Lupin vient de mourir


dimanche 17 mai 2009 par JMD

Noir et Balnc, manchette du 6 septembre 1954De toute évidence, ce n’est pas rouge et noir. L’hebdomadaire Noir et Blanc, créé en 1944, verse plutôt dans les actualités mondaines à la façon, bien des années plus tard, de Point de Vue et Images du monde ou encore Jour de France et autres Gala. Le torchon, en date du 6 septembre 1954, ne manque pourtant pas d’intérêt.

Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Mémoire d’un vaincu


dimanche 9 novembre 2008 par JMD

Michel RagonMichel Ragon fait partie de ces auteurs récurrents du mouvement libertaire français depuis l’après-guerre. Né en 1924, il publie son premier livre, Les écrivains du peuple, en 1947. Ecrivain prolifique dans le domaine du roman, de l’histoire de l’anarchie ou encore de l’histoire de l’art, on lui doit entre autres La mémoire des Vaincus en 1990, sorte de road movie dans lequel apparaît Alexandre Jacob sous les traits du marchand forain à l’enseigne Marius. Dans les rues de Barcelone en Révolution, le héros Fred Barthélémy retrouve l’ancien bagnard venu prêter mains fortes aux libertaires en lutte. Il avait déjà croisé sa route vers 1929 dans les locaux du Libertaire. Curieusement ces deux épisodes, directement inspirés du roman à caractère biographique de Bernard Thomas et des souvenirs de May Picqueray, ne se retrouvent pas dans le Dictionnaire de l’anarchie, sorti récemment (octobre 2008) chez Albin Michel. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (8 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Jacobopédia


mardi 4 novembre 2008 par JMD

logo livre anarchisteOn ne compte plus les déclinaisons nationales de Wikipédia. Les encyclopédies libres et on line fleurissent comme les moblots tombaient à Gravelotte. Et, dans ce foisonnement de portails d’accès à la connaissance universelle, l’honnête cambrioleur trouve une place particulière permettant de valoriser soit une région, soit un mouvement politique. Nous avons récemment écrit tout le « bien » que l’on pouvait du papier biographique inscrit dans la maison mère. Une biographie dans un dictionnaire, tout en visant la synthèse, est forcément et par définition réductrice. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Jacob au Salon


mercredi 4 juin 2008 par JMD

David Tépoche et Guy PrestigeParis, Espace d’animations des Blancs Manteaux, 48 rue Vieille-du-Temple, il fait lourd. Salon  du livre libertaire du 31 mai au 1er juin. Soleil, temps orageux. Les quelques ventilos accrochés au plafond de cette structure métallique, typique du début du XXe siècle, ne fonctionnent toujours pas. Ils n’ont pas fonctionné le premier jour. Y a pas de raison que, pour la fin, ça se foute à ventiler. Doivent morfler les petits scolaires qui s’entraînent au handball, au basket ou à autre chose. Chaud. La sueur coule sur tous les fronts. Et il y en a des visiteurs. Des livres aussi. Partout. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Le travailleur libre


mardi 20 mai 2008 par JMD

façade du PrintempsPierre Aron, n’a strictement rien avoir avec André son homonyme qui a activement participé à la campagne de libération de Jacob en 1925. Eugène Dieudonné nous apprend que le premier fut l’ami d’Albert Londres. Cet entrepreneur dirige la maison Marivaux qui fabrique des articles de décoration intérieure, écoulés entre autre par le magasin Le Printemps. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...
  • Pour rester connecté

    Entrez votre adresse email

  • Étiquettes

  • Archives

  • Menus


  • Alexandre Jacob, l'honnête cambrioleur