Articles taggés avec ‘résignation’

Et que crève le vieux monde


Mercredi 1 janvier 2014 par JMD

Pour célébrer la nouvelle année qui commence, en 1906 comme en 2014, les vœux du béquillard sont toujours d’actualité.

Albert Libertad
L’anarchie, 27 décembre 1906.

Ah ! Ah ! C’est le jour de l’an !
La voix claire de l’enfant et la voix cassée du vieillard entonnent la même ballade : la ballade des vœux et souhaits.
L’ouvrier à son patron, le débiteur à son créancier, le locataire à son propriétaire disent la ritournelle de la bonne et heureuse année. Le pauvre et la pauvresse s’en vont par les rues chanter la complainte de la longue vie.

Ah ! Ah ! C’est le jour de l’an !

Il faut que l’on rie ! Il faut que l’on se réjouisse. Que toutes les figures prennent un air de fête. Que toutes les lèvres laissent échapper les meilleurs souhaits. Que sur toutes les faces se dessine le rictus de la joie.

C’est le jour du mensonge officiel, de l’hypocrisie sociale, de la charité pharisienne. C’est le jour du vernis et du convenu. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (15 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Aphorisme du frelon 28


Dimanche 29 juillet 2012 par JMD

Qui sait ? ne voudront-ils pas que tu les remercies, que tu leur fasses la révérence ? Eh bien ! nom de Dieu ! il ne manquerait plus que cela. Ce serait là un fait unique dans l’histoire de la résignation ; un fait capable à lui seul de confondre le darwinisme. On ne pourrait plus dire que l’homme descend du singe, mais du chien…

Prison d’Orléans, 03 juillet 1905

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Aphorisme du frelon 26


Vendredi 27 juillet 2012 par JMD

Je ne veux pas dire pour cela que tu dois te résigner. Non. C’est trop chrétien. Ça tient plutôt du chien que de l’homme.

Prison d’Orléans, juillet 1905

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Les traîne-misère


Dimanche 25 septembre 2011 par JMD

Le retour des Communards en France ne pouvait que coïncider avec une reprise du mouvement social. Les Traîne-misère avait pourtant été écrits en exil à Londres par l’auteur du fameux Temps des Cerises. Quelques années plus tard, en 1883, Jean-Baptiste Clément demande à son ami Marcel Legay (1851-1915) de mettre en musique ce texte devenu alors d’une brûlante actualité. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Salauds d’pauvres !


Samedi 2 avril 2011 par JMD

Bien avant la répression, la résignation, c’est-à-dire l’acceptation du rapport dominant - dominé par celui qui est au plus bas de l’échelle sociale, constitue le meilleur garant de cette harmonie universelle présentée en toute logique comme naturelle puisque, depuis la nuit des temps, il y a des riches et des pauvres. La marge, l’immense masse des exclus du capital, l’énorme troupe des traîne-misère doit donc se comporter de manière léthargique et louanger le bon cœur de dame patronnesse qui fait tinter la timbale au sortir de l’église en y glissant quelques sous. La retraite pour le salarié, l’aumône pour le mendiant, les freins à la révolte ne manquent pas. L’article d’Augustin Sartoris, premier d’une série avortée pour cause de fermeture définitive du journal L’Agitateur, s’inscrit dans la logique des « appels » de la feuille libertaire marseillaise aux exclus du partage social. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Aux résignés


Samedi 6 février 2010 par JMD

Conspué par les uns. Soupçonné d’accointances policières par les autres. Libertad dérange. On ne sait pas vraiment d’où il vient. Bordeaux c’est encore loin de Paris. Né le 24 novembre 1875. Parents inconnus. On le dit d’essence aristocrate. On n’en sait rien. On sait ce qu’il veut : la liberté totale de l’individu. Communiste libertaire aussi.

Craint par la quasi-totalité du petit monde socialiste dans son acception la plus large. Craint pour ses interventions intempestives et percutantes. Craint pour sa force de persuasion. Craint pour le moulinet que font ses béquilles dans les bagarres. Joseph Albert est arrivé un beau jour dans la capitale. L’iconoclaste antimilitariste et dreyfusard prône encore l’amour libre et l’action directe. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (6 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...