Les Morts sont tous de braves types


Bernard ThomasIl est des pratiques étonnantes en matière de nécrologie tel le florilège d’enthousiasme débordant et de beurre littéraire dégoulinant devant l’œuvre impérissable du trépassé, encore plus débordant et dégoulinant quand le dit défunt est un tant soit peu renommé. Enthousiasme n’est pas le bon mot. Pourtant c’est réellement ce qu’ironise Brassens dans sa chanson Le Temps passé. De la nécrologie on a vite fait de changer de registre et le propos élégiaque tourne le plus souvent, dans la presse amie que le dit renommé avait savamment fréquentée, à la plus candide, la plus sotte,  la plus burlesque des hagiographies. Bernard Thomas vient de nous quitter et, le temps ne faisant rien à l’affaire, en matière d’historiographie s’entend, il est fort à parier que cet « anar rigolard », que cet « homme bon. Généreux, attentif aux autres, soucieux de ses lecteurs » et reconnu même par une presse à priori ennemie (ultime consécration), que ce « journaliste engagé » ne devinsse référence officielle en matière d’histoire de l’illégalisme anarchiste. Car, feu le bougre, dont nous ne pouvons nier le soutien actif à l’anarchie à une époque aujourd’hui révolue, avait la prétention de commettre des études à l’indéniable succès d’estime et de librairie et dont la « minutie » de recherche « relève plutôt d’une thèse universitaire sans en avoir l’ennui ». L’égotique propos, datant du 11 août 1998, est de l’auteur lui-même.
Bernard Thomas est assurément celui qui poursuit le plus fidèlement le travail entrepris par Alain Sergent sur l’honnête cambrioleur Jacob. Il s’agit même pour le journaliste qu’il est, d’un orgueil suprême que celui de prendre la suite du premier narrateur en 1970. Son Jacob parait chez Tchou. Pour Bernard Thomas, l’appui de Sergent, son approbation, ses critiques bien au-delà du positif légitiment l’existence d’une seconde biographie « présentant l’avantage de faire connaître Jacob aux jeunes générations d’après 68 » selon le propos de L’Insomniaque qui publie les Ecrits du voleur en 1995. Le journaliste avait d’ailleurs tenu grief à la jeune maison d’édition associative de Montreuil à l’époque. Celle-ci avait qualifié son premier Jacob de roman à prétention biographique. Et notre romancier de se fendre d’un avant-propos dans la réédition de son livre chez Mazarine, réédition très très peu remaniée en 1998 : Les Vies d’Alexandre Jacob. Bernard Thomas cite en effet une réflexion de Sergent reçue peu de temps après la parution de son premier ouvrage chez Tchou : « Je ne peux que vous féliciter chaleureusement car vous avez hissé cette histoire à la hauteur d’une épopée ». Force est alors de constater que là où Alain Sergent a commis une biographie, Bernard Thomas, lui, a opté pour le genre épique bien qu’il s’en défende.
L’image de l’illégaliste Jacob, acteur et théoricien d’un mouvement dans le mouvement,  prend à force d’inventions, d’affabulations même, les teintes d’un aventurier. Un aventurier hors norme certes, mais un aventurier tout de même. Et les acteurs secondaires de l’aventure jacobienne ne servent finalement que le principal personnage dont on dénature à des fins commerciales la véritable personnalité. Jacob est à dix lieues d’un Arsène Lupin, d’un Latude ou encore d’un Chéri-Bibi en chair et en os (en os seulement au regard de l’aspect particulièrement mortifère du bagne). Ne supportant pas la concurrence, le romancier et chroniqueur envoie devant les tribunaux un autre biographe - William Caruchet - qui avait eu en 1993 l’outrecuidance de reprendre la geste jacobienne sous le même angle. Condamnée pour plagiat, la maison d’édition Seguier avait du remballer son Marius Jacob, gentleman cambrioleur. Dès lors, le chroniqueur au Canard Enchaîné et au Masque et la plume pouvait à loisir, et en occultant tout ce qui a pu être dit ou fait sur l’illégalisme jacobien, pondre avec son compère Savary une très périssable comédie musicale en 2008 dont nous vous reparlerons très bientôt dans les colonnes de ce blog.
On ne peut changer ce qui est écrit et c’est tant mieux. Car au demeurant les deux biographies de Bernard Thomas révèlent la difficulté et les enjeux de la vérité historique. Nous savons à quel point les stéréotypes et autres idées reçues ont la vie dure. Cela est particulièrement vrai en matière d’anarchie, et encore plus lorsque l’on veut bien se pencher sur  cet illégalisme qui a fait couler de la sueur, du sang, des larmes et beaucoup d’encre. Le défunt a par son œuvre nourri une image, fausse et fatalement déformée … mais cela n’est pas très grave car les morts sont tous de braves types. Salut Bernard.

Jacob, tchou 1970Articles du Jacoblog évoquant Bernard Thomas :
Dix questions à L’Insomniaque
Marianne Arsène Marius
Mon ami amoureux
France Inculture
Apôtre lupinien
Pour en finir avec Arsène Lupin
Son côté anarchiste !
Barrabas 34477 + 300
Bernard et la Liberté
Vol à Rochefort
Bernard, Marius, Robert et Josette
Rose est morte
Le petit Jacob vu par …
-    Et d’autres articles encore et à venir !

Le Figaro.fr
13 janvier 2012
Armelle Heliot
Mort du critique Bernard Thomas
Écrivain et journaliste, critique dramatique au Canard Enchaîné, Bernard Thomas s’est éteint jeudi, suite à une crise cardiaque. Il avait 75 ans.
Bernard Thomas était un homme bon. Généreux, attentif aux autres, soucieux de ses lecteurs. Il est mort hier, dans le train qui relie la Bretagne à Paris, tout un symbole pour cet homme amoureux de la mer et qui ne pouvait vivre longtemps éloigné de son cher Finistère sud. Il avait eu 75 ans le 25 octobre dernier. Il ne s’était jamais ménagé, travaillant beaucoup. Des livres, romans, essais, enquêtes, des articles, des pièces de théâtre.
Lorsqu’il était à la tribune du Masque et la Plume, Jérôme Garcin le présentait ainsi: «Bernard Thomas, du Canard Enchaîné et de sa Bretagne natale». Au Canard, où il était entré en 1974, il tenait deux rubriques très importantes: le théâtre et la télévision. Regard très aigu sur les programmes, regard d’un homme très cultivé et historien dans l’âme. Regard aimant pour le théâtre. Ses éreintements étaient rarissimes. Il préférait consacrer sa place hebdomadaire à des spectacles qu’il avait aimés, conduisant un public nombreux vers les salles. Son dernier article, paru mercredi, fut consacré à la pièce Inconnu à cette adresse avec Gérard Darmon et Dominique Pinon au Théâtre Antoine à Paris.
Journaliste engagé, journaliste entreprenant, il avait fait partie de l’équipe fondatrice du Magazine Littéraire en 1966 et, quatre ans plus tard, avait été au côté de Jean-Edern Hallier pour fonder L’Idiot International.
Homme de plume, il avait écrit de nombreux ouvrages et vu certains de ses livres adaptés pour le cinéma, la télévision ou composé des livres à partir des feuilletons qu’il avait co-écrits. Ainsi Les Atomistes ou cette merveilleuse Croisade des enfants (Fayard). Les êtres rencontrés l’inspiraient, comme son pays. Citons Le Champ de la Butte Noire (Grasset).
Historien enquêteur, il s’était intéressé à La Bande à Bonnot (Tchou, puis Fayard), avait dévoilé des destins uniques de grands personnages oubliés: Alexandre Jacob, Lucio L’Irréductible, notamment.
Il écrivait aussi pour le théâtre. Jean-Pierre Kalfon avait joué à Chaillot son «Azev ou le tsar de la nuit» et Jérôme Savary créé une «comédie musicale» à l’Opéra Comique, d’après un de ses livres.
Longtemps il avait eu, non loin de la Pointe du Raz, une maison qui était son havre et son atelier, son refuge, son point fixe. Il avait racheté cette demeure qui avait appartenu à Georges Van Parys, un temps son beau-père. La vie n’avait pas toujours été facile pour lui et il avait dû affronter des drames. Notamment l’accident terrible de son fils Yann. Mais Yann a surmonté tout avec une force magnifique et son père lui a consacré un beau livre, l’un de ses derniers: Le Voyage de Yann (Jean-Claude Lattès).
Jeudi, c’est lui, Bernard Thomas, qui a fait son dernier voyage.

Franceinter.fr
Publié le 12 janvier 2012
Le critique de théâtre, romancier et auteur Bernard Thomas est décédé jeudi dans le train qui le ramenait dans la Bretagne de ses origines. Bernard Thomas a fait partie de l’équipe de critiques du Masque et la Plume sur France Inter. L’antenne et ses collaborateurs les plus proches saluent sa mémoire.
Bernard Thomas avait eu 75 ans en octobre dernier, Il a travaillé pour France Inter mais aussi pour le Canard enchaîné où il était chargé de la culture. Il a participé à la fondation du “Magazine littéraire” en 1966 puis à “l’Idiot international” en 1970 aux côtés de Jean-Edern Hallier.
Homme de culture aux intérêt multiples, il s’est intéressé en tant qu”historien à la “Bande à Bonnot”. Comme écrivain, il laisse plusieurs ouvrages, dont la pièce de théâtre “Azev ou Le tsar de la nuit” et le roman “La croisade des enfants”.
Son dernier opus, “le voyage de Yann’n” rend hommage à son fils victime d’un grave accident dans le métro. Bernard Thomas était le beau-fils du musicien Georges Van Parys.

bibliobs.nouvelobs.com
13 janvier 2012
Bernard Thomas est mort
Le critique dramatique du «Canard enchaîné» était aussi l’auteur de nombreux livres. Cet anar rigolard est mort, ce jeudi 12 janvier, à l’âge de 75 ans.
Les auditeurs du «Masque et la plume», où cet amoureux du théâtre a longtemps officié le dimanche soir, ne sont pas prêts d’oublier les interventions de Bernard Thomas, «du ‘‘Canard enchaîné” et de sa Bretagne natale».
C’étaient celles d’un enthousiaste, à la fois décontracté et admirablement cultivé, qui se souciait d’abord de rendre sa passion contagieuse. Celles d’un spectateur invétéré, qui parlait encore ce mercredi, dans l’hebdomadaire satirique où il avait fait son entrée en 1974, de l’«Inconnu à cette adresse» que jouent actuellement Gérard Darmon et Dominique Pinon au théâtre Antoine.
Mais ce journaliste plein de verve, qui avait participé au lancement du «Magazine littéraire» en 1966 et à celui de «l’Idiot international» de Jean-Edern Hallier quelques années plus tard, était aussi un homme de lettres accompli.
Car le dramaturge d’«Azev ou le tsar de la nuit» était aussi l’auteur d’une «Lettre ouverte aux écolos qui nous pompent l’air», de romans à succès comme «la Croisade des enfants», et de nombreux livres qui témoignent de l’intérêt de cet anar rigolard pour les réfractaires de tout poil, depuis son histoire de «la Bande à Bonnot» jusqu’à celle du maçon libertaire espagnol Lucio Uturbia, en passant par l’une de ses passions fixes: «les vies d’Alexandre Marius Jacob», cet Arsène Lupin marseillais qui trouva le temps, entre 1879 et 1954, de lire Jules Verne, Bakounine et Proudhon, d’être mousse sur une baleinière, cambrioleur au grand cœur, et bagnard pendant un quart de siècle, aux îles du Salut, sous le matricule 34477.
Dans son dernier livre, en 2008, Bernard Thomas avait renoncé à ses grandes figures de prédilection pour rendre hommage à son fils, ce héros, qui après être passé sous un RER à l’âge de 12 ans s’était battu sous ses yeux pour survivre, avec un bras et une jambe en moins. Le livre, dont Jérôme Garcin avait salué ici la «prose tempétueuse» et la «grande sagesse» s’appelait «le Voyage de Yann». C’était celui d’un Breton, que l’épreuve avait encore rapproché de «sa Bretagne natale», ce pays où «l’on ne triche ni avec les mots ni avec la mort».
G.L.

Ouest-France
14 janvier 2012
Audierne
Nécrologie : le journaliste Bernard Thomas est décédé
Chroniqueur, romancier, auteur de pièces, Bernard Thomas est décédé jeudi 12 d’un arrêt cardiaque dans le train qui l’amenait en Bretagne. Beau-fils du musicien Georges Van Parys, il avait racheté sa maison d’Esquibien, non loin de la pointe du Raz, maison qu’il avait revendue récemment. Bernard Thomas, qui avait eu 75 ans le 25 octobre dernier, a fait partie de l’équipe de critique du Masque et la Plume sur France Inter et était membre fondateur du Magazine littéraire en 1966.
Journaliste engagé et généreux, il avait aussi contribué à la création quatre ans plus tard de L’idiot international au côté de Jean-Edern Hallier et alimentait depuis 1974, une chronique dans Le Canard Enchaîné. Historien, il s’était notamment intéressé aux anarchistes de la bande à Bonnot. Son dernier ouvrage Le voyage de Yann, (2008) rend hommage à son fils, victime d’un accident dans le métro parisien.

Tags: , , , , , , , , , , , ,

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Imprimer cet article Imprimer cet article

Envoyer par mail Envoyer par mail


Laisser un commentaire