Articles taggés avec ‘pédérastie’

Un médecin au bagne chapitre 7


Samedi 24 septembre 2016 par JMD

bagnards homosexuels, dessin de Georges Jauneau 1928Illettré, acculturé, frappé de cette espèce d’atavisme social le menant forcément à la débilité, à la misère, au chômage et au crime, le bagnard du docteur Rousseau semble cumuler les tares et ces dernières ne demandent qu’à pouvoir s’exprimer s’il survit au système éliminatoire dont l’honorable médecin dresse le terrifiant portrait dans les chapitres précédents de son livre paru en 1930. S’il est soumis par définition aux travaux forcés, le fagot n’en passe pas moins les deux tiers de son temps dans les cases. C’est là, dans cet espace clos et confiné où le surveillant ne rentre que très rarement, que vivent les hommes punis. C’est encore là, dans ce microcosme carcéral, que l’on peut s’adonner à toutes sortes de pratiques, majoritairement interdites mais le plus souvent tolérées parce qu’elles annihilent les sentiments d’oppositions et de révoltes. Rares sont alors ceux qui parviennent à abreuver leur soif de lecture, de théâtre ou de musique quand l’AP va jusqu’à censurer Voltaire, Schopenhauer, Nietzsche ou Anatole France … Peu nombreux sont ceux qui savent lire de toute façon. Dans la case, on s’accouple, on joue aux cartes (à la Marseillaise principalement), on se tatoue, on vend son corps, de la nourriture, divers objets ; on se dispute souvent, on se tue aussi parfois. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Bagnard, raciste, homophobe et anarchiste


Samedi 20 février 2010 par JMD

Les témoignages sur l’enfer guyanais ne sont pas légions. La force de celui d’Auguste Liard-Courtois tient entre autre dans la date de sa parution. Acquitté de sa peine de relégation en 1900, l’anarchiste voit à 41 ans ses Souvenirs du bagne publiés chez Charpentier et Fasquelle. Bien avant le débat sur la suppression de l’institution pénitentiaire coloniale, débat lancé à la suite de l’effet Albert Londres, Louis Liard (de son vrai nom) raconte en 1903 ses cinq années de travaux forcés aux îles du Salut. Deux ans plus tard, il expose sa vie de forçat libéré astreint au doublage,  et rangé dans la catégorie des 4e1e, dans Après le bagne. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...