Articles taggés avec ‘caricature’

Par un « artiste du bagne »


samedi 21 juillet 2018 par JMD

Nous avons mis en ligne dans l’article Jacob au bagne : un portrait (20 juillet 018) six des quinze caricatures qui accompagnent les articles d’Albert Londres dans le Petit Parisien du 8 août au 5 septembre 1923. L’auteur est un inconnu, le journal se contentant de signaler qu’il s’agit d’une « artiste bagnard ». Il n’en demeure pas moins que les dessins qui suivent et ceux apparaissant dans l’article ci-dessus mentionnés constituent un ensemble cohérent, dont le but illustratif apparait clairement. Mais cet ensemble vise aussi à surprendre le lecteur déjà atterré par les propos du journaliste reporter : le crocodile va manger les bagnard évadés, Ullmo expie tranquillement sur l’île Royale en péchant, « l’ex docteur Bringues » en récupérant le plan du fagot trépassé … Voici donc les neuf caricatures restantes du reportage qui fit trembler les fondements d’un système mortifère et totalitaire : le bagne colonial de Guyane. Bienvenue chez les hommes punis.

Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Jacob au bagne : un portrait


vendredi 20 juillet 2018 par JMD

Les clichés de bagnards sont rares. C’est aussi ce qui donne son caractère exceptionnel à la publication des souvenirs écrits et photographiques du Dr Léon Collin visitant la Guyane et la Nouvelle Calédonie entre 1907 et 1913[1]. S’il y avait bien un passage devant le service anthropométrique au débarquement du forçat, nombre de portraits se sont abimés  avec le temps et  sous le climat équatorial. Quelques-uns, officiels, administratifs ou non, subsistent néanmoins aux Archives Nationales de l’Outre-Mer ou dans les collections privées. Jacob Law apparait ainsi en bagnard dans son livre en 1925 ; Roussenq est photographié par Détective en 1929, d’autres encore ont vu leur portrait tiré à l’occasion. Mais, pour la plupart des hommes punis, le visage de leur expiation demeure à jamais effacé. Nous ne connaissions jusqu’à présent aucune image révélant le matricule 34777, dit Barrabas, dans sa résidence guyanaise forcée. De temps à autres, les souvenirs remontent à la surface. Lire le reste de cet article »

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...
  • Pour rester connecté

    Entrez votre adresse email

  • Étiquettes

  • Archives

  • Menus


  • Alexandre Jacob, l'honnête cambrioleur