Paul et Alexandre au Salon du livre du FIG 2009


Rencontres. Nous n’aurons de cesse d’aller taper le couaroille (comme ils disent dans le 88), la bavette, la tchatche aux amateurs d’honnête cambrioleur et du fagot récalcitrant. Et si, par des impératifs démographiques complètement dépendants de notre volonté, nos déplacements s’avèrent quelque peu ardus et limités géographiquement parlant, nous faisons alors largement appel aux principes févaliens de ce brave chevalier de Lagardère qui venait à l’autre quand l’autre ne daignait pas se mouvoir jusqu’à son auguste personne. Mais ici pas de botte de Nevers.

On est à Saint Dié. Vosges. Bref, cette année le Festival International de Géographie de la dite petite ville d’à peine 21000 autochtones se teinte du bleu des horizons marines. Avec la mer pour terrain vague et des vagues de livres au salon éponyme pour arrêter les vagues de lecteurs, l’occasion était belle, et en rapport qui plus est avec le thème de cette année, pour aller présenter l’homme qui, minot, a vu le moche monde sur les vapeurs de la Compagnies des Messageries Maritimes de Marseille et celui qui, coincé sur son caillou de l’île Saint Joseph avec vue sur la Grande Terre de Guyane et sur l’enfer carcéral à la française, cumula plus de quatre mille jours de cachot. Record absolu dans l’histoire du bagne. De son côté, et pendant ce temps, Jacob-Barrabas organise Sa résistance sur l’autre caillou : l’île Royale. Deux vies d’exception tournées, bien malgré elles, vers l’océan avec la fringale des requins qui attendent leur repas de bagnards morts comme seule perspective. De tout cela nous pourrons causer les samedi 03 et dimanche 04 octobre 2009 au salon du livre du FIG, espace Robert Schumann, juste en face de la Meurthe. Avec un petit plus en plus. La cerise sur la gâteau, la perle dans l’huître ou encore la bastos en plein dans le front du salopard de franquiste. Juste histoire de rendre hommage à Abel Paz récemment décédé et de fêter dignement les héros de la retirada de 1939. Cette année, l’Espagne est le pays invité du FIG de Saint Dié.L\'Enfer du bagne, Paul Roussenq, Libertalia, mars 2009 Paëlla assurée par notre webmestre préféré ? Pas du tout dit. Ce qui est sûr c’est que nous devrions avoir avec nous, à côté de l’honnête cambrioleur et de l’enfer du bagne, les souvenirs de Joan Sans Sicart, commissaire de choc de la guerre civile espagnole. Qu’on se le dise et Vive les Enfants de Cayenne !

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (11 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Imprimer cet article Imprimer cet article

Envoyer par mail Envoyer par mail


Laisser un commentaire