WANTED : Les toubibs du bagne


Détective, n°415, jeudi 8 octobre 1936 En 1936, Marius Larique, auteur quatre et trois ans plus tôt des Hommes punis et de Dans la brousse avec les évadés du bagne, consacre une série d’articles sur les médecins de la colonie pénitentiaire dans le magazine Détective. Il faut dire que depuis Albert Londres, le nombre de papiers, ayant la Guyane et ses réprouvés pour sujets ne manque pas d’augmenter le tirage et les profits des feuilles à sensations. Il faut édifier le lecteur … et lui faire sortir sa monnaie s’il veut en lire et en savoir plus. La Une de l’hebdomadaire présente un superbe portrait du Docteur Louis Rousseau, l’Oncle de Jacob « dont tout le bagne a pleuré le départ ». Mais à l’intérieur, Rousseau n’apparaît quasiment pas. Larique, dans cet article  intitulé IV Les vainqueurs de la mort, ne le mentionne qu’une seule fois, à propos d’une affaire de farine avariée que le médecin des îles du Salut fit jeter pour éviter que les fagot ne la consomme. L’extrait qui suit illustre alors la débrouille des fagots et la corruption généralisée qui aggravent l’aspect mortifère des lieux d’expiation transatlantiques. Nous avons besoin de vous. Si vous possédez les numéros précédant celui-ci ou ceux qui le suivent, il serait chic de nous les envoyer en photocopies ou numérisés. L’intérêt de cette série d’articles réside dans la connaissance de cette profession qui oeuvra au soulagement des transportés. Louis Rousseau  pourrait nous apparaître aussi plus clairement. Merci de vos recherches et à très bientôt sur ce blog … ou ailleurs.

 

 Dans la brousse avec les évadés du bagne, Marius Larique, coll. Succès, 1933

Détective

n°415,

Jeudi 8 octobre 1936

Les médecins du bagne

IV Les vainqueurs de la mort

(…) Hélas ! Ce pain parfait, croustillant, ne dura pas. L’explication en serait-elle ce que dit le docteur Rousseau que les condamnés employés à la boulangerie et le surveillant, qui y est préposé, vendent au personnel la farine qui devrait être utilisée pour la fabrication du pain ; c’est possible, c’est même probable.

En 1922, le docteur Rousseau condamna de la farine « surchauffée ».

Cette exécution souleva des colères. Gouverneur, procureur, directeurs et commis se liguèrent contre lui. On le menaça du ministre. On l’accusa de gaspiller les deniers de l’état. C’était lui le malhonnête homme. Il n’en démordit pas et deux tonnes de farine furent jetées à la mer.

Les Rousseau manquent en Guyane …

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (16 votes, moyenne: 4.94 sur 5)
Loading ... Loading ...

Imprimer cet article Imprimer cet article

Envoyer par mail Envoyer par mail


Laisser un commentaire