Joseph FERRAND


FERRAND Joseph (dit Dunin)

Né le 9 janvier 1880 à Varambon (Ain), mort à un date inconnue en Guyane. Fils de Joseph et d’Anne Perrin. Anarchiste illégaliste.

L\'Illustration 18 mars 1905

Souvent qualifié par la presse de principal lieutenant d’Alexandre Jacob, Joseph Ferrand n’est pas un inconnu des annales judiciaires. Il subit 11 condamnations avant d’être arrêté à Nevers le 22 janvier 1903 et, à Amiens, dans le cadre du procès des Travailleurs de la Nuit, il est poursuivi pour 39 vols. C’est à Marseille que la police remarque une première fois ce colporteur de journaux « au caractère emporté, parlant beaucoup et d’allure décidé ». Il quitte cette ville (où il a rencontré Jacob) le 31 août 1898. Inscrit à l’Etat Vert des anarchistes portés disparus (n°188 puis n°475), la carrière de Joseph Ferrand passe par Paris et se termine au bagne où il doit subir sa peine de 20 ans de travaux forcés. Les aveux de son amante, Gabrielle Damiens, ont permis en 1903 le démantèlement de la bande Jacob. Aux îles du Salut, le matricule 34724 retrouve son ami Jacob. Comme lui, il commence par adopter une attitude d’opposition à l’Administration Pénitentiaire, tente par deux fois de s’évader et multiplie les passages devant la commission disciplinaire. Il fait preuve de solidarité en devenant le complice de Jacob dans le meurtre du forçat Capelletti qui, le 25 décembre 1908, avait tenté d’empoisonner son ami. Mais Ferrand finit par s’adapter au bagne. Alcoolique, il se brouille avec son camarade de vols et d’enfermement. En janvier 1924, le forçat 34724 passe à la relégation. Astreint à la résidence perpétuelle en Guyane, l’homme devenu cuisinier doit se fixer à Saint Jean du Maroni. Nous perdons dès lors la trace de cet ancien illégaliste, membre des Travailleurs de la Nuit. Son dossier de bagne ne comporte aucune mention de tentative d’évasion après cette date.

SOURCES : Arch. Nat. BB18 2261 A dossier 2069 A03 et BB241012 dossier 2818 S05, Arch. de l’Outre-Mer H 3920 et H4097/B/34724, Arch. Contemporaine de Fontainebleau 199440445/article 94/dossier 7939, Arch. Pref. Police EA/89, Arch. Dep. Somme 99M13/2, Journal de la Nièvre 5 août 1903Alexandre Jacob Ecrits (Insomniaque 2004), Jean-Marc Delpech Parcours et réseaux d’un anarchiste : Alexandre Marius Jacob 1879-1954 (thèse de doctorat, Université de Nancy II, 2006), Valérie Portet Les anarchistes dans les bagnes de Guyane de 1887 à 1914 (mémoire de maîtrise, université Paris X, 1995)

Tags: , , , , , , , , , , ,

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
Loading...

Imprimer cet article Imprimer cet article

Envoyer par mail Envoyer par mail


Laisser un commentaire

  • Pour rester connecté

    Entrez votre adresse email

  • Étiquettes

  • Archives

  • Menus


  • Alexandre Jacob, l'honnête cambrioleur