le BERRY MAGAZINE ne désarme pas


BERRY MAGAZINE printemps 2008Il y a peu, nous posions la question des rapports entre le hasard et l’attachement de la presse berrichonne au personnage de Reuilly. Voir la rubrique : produits dérivés. Mythe ? Légende ? Réalité ? C’est ce que se demande Sébastien Drouet dans un long article consacré à ce « héros » qui ne fut ni Arsène Lupin ni Marius Jacob. La preuve en est, nous dit le journaliste du Berry Magazine (n°85, avril, mai et juin 2008) que le vieux marchand forain « devant la gendarmerie (…) changeait de trottoir ». Donc, dans ce papier, Marius Jacob de Reuilly, revêt une fois des plus les habits ordinaires de l’homme tranquille qui aurait quelque chose à se reprocher. Rajoutons également un peu couard face à l’autorité instituée. Passons sur les lieux communs et les quelques erreurs, même grossières, pour ne retenir finalement que la source inspiratrice, qualifiée, à la fin d’un second article dans le même magazine, de « professeur » et d’« historien ». Le titre de celui-là sonne comme un cri de guerre : « Claude Nerrand ne désarme pas ». Et le vieil homme de s’insurger d’une mauvaise presse qui lui serait fait alors dans un site web « d’ailleurs peu sympathique pour Reuilly » et qui, comble du ridicule, attribuerait la paternité d’Arsène Lupin à Gaston Leroux. Vérification faite, il s’agit bien d’un site mais il ne fait que reprendre les informations données dans un papier berrichon, paru l’année dernière à l’occasion de la pose sur la tombe de Jacob d’une stèle « Marius Jacob peut-être Arsène Lupin ». L’article est signé Marie Andrée de Araujo mais celui de Sébastien Drouet, outragé et inquisiteur, est nettement plus hilarant.

 

Claude Nerrand dans le Berry Magazine printemps 2008En passant par… Reuilly

LES GENS D’ICI

Claude Nerrand ne désarme pas

Le président de l’office de tourisme, dont le travail nous a permis d’écrire l’article sur Marius Jacob, occupe activement son temps libre a la promotion de son village, qu’il connaît par cœur.

Lieutenant-colonel en re­traite, affichant trois tours du monde à son compteur, Claude Nerrand préside aux destinées de l’office de tourisme local depuis 23 ans. Il a gardé de son ancien métier la droiture, la pa­role forte et juste, la précision dans les faits relatés. La franchise aussi. Ne lui parlez surtout pas des me­dias ! «Ah, ces journalistes, ils vont encore tout nous piquer, répond-­il, mi-rieur mi-sérieux, à notre demande d’informations sur Marius Jacob. Ne soyez pas surpris si, dans notre conversation, j’écorche un peu 1es journalistes », prévient-il. «Mais vous savez, rassure-t-il très vite, j’ai un fils journaliste. Je me moque aussi des fonctionnaires, mais j’ai deux gars fonctionnaires… » Qui aime bien châtie bien… S’il en veut aux journalistes, c’est notamment d’avoir fait de ce Marius Jacob, dont il connaît si bien le parcours, une sorte de héros, et d’avoir entretenu la légende en inventant des histoi­res, comme celle de la dame en noir. «La presse a raconte que chaque année, une femme éplorée, portant un voile, venait passer la journée sur la tombe de Marius Jacob et repar­tait sans mot dire. » Renseignement pris par Claude Nerrand auprès de Josette, le dernier amour du voleur anarchiste, il ne s’agit pas d’elle. Probablement encore une invention de la presse ! Et Internet… « On m’ac­cuse sur un site d’être une sorte de marchand du temple, parce qu’il existe à Reuilly une impasse Marius Jacob et un gâteau Arsène Lupin vendu dans une pâtisserie ! Mais je n’y suis pour rien!» Vérification faite, le site, d’ailleurs peu sympa­thique avec Reuilly, accuse bel et bien Claude Nerrand, mais l’auteur du texte, soit dit en passant, attri­bue la paternité d’Arsène Lupin à… Gaston Leroux, père de Chéri Bibi et Rouletabille. Pour ce qui est de la précision des infos, nous irons voir ailleurs. Auprès de monsieur Nerrand, par exemple.

Reuilly sur le bout des doigts

Reuilly, Claude Nerrand pourrait en parler des heures. Il connaît tout et tout le monde ici, ne se faisant pas prier pour expliquer la démogra­phie de sa commune, sa géographie, son histoire, bien présente à travers de remarquables sites -le château de La Ferté, la commanderie de l’Ormeteau -, son vin (185 hectares classes en AOC, contre 35 hectares de vigne seulement en 1985), même s’il regrette que la plupart des pro­ducteurs de reuilly soient situés dans des villages alentour. « Il y a 35 vignerons qui font du reuilly, et huit seulement résident à Reuilly même ! ». Les Reuillois, Claude Nerrand les cerne très bien également. II sait aussi les habitudes locales. «Ici, on s’ appelle par un surnom, pour mieux se reconnaître. Les familles portaient souvent le même nom, autrefois; donc, on ajoutait quelque chose. Il y avait Ia Me’quatre gueuIes, qui designait une bavarde. Il y avait Ie Marquis aussi. Aujourd’hui encore, ça se perpétue… » Et vous monsieur Nerrand, quel est votre surnom? L’historien, Ie professeur?un article qui confond Leblanc et Leroux (sans date)

Tags: , , , ,

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne: 5 sur 5)
Loading ... Loading ...

Imprimer cet article Imprimer cet article

Envoyer par mail Envoyer par mail


Laisser un commentaire