Atelier de création libertaire Les éditions Atelier de création libertaire          1979-2018 : 39 ans de culture libertaire
Accueil | Le catalogue | Les auteurs | Les thèmes  | Les colloques | On en parle | I.R.L. | Les téléchargements | Nous contacter



Tous nos titres



Pour en savoir plus

 



Les Black Blocs
Libération du 21 avril 2009

Les livres de Coupat sur PV

« Il pouvait oublier de manger ou de dormir pour lire. » Quelques jours après les médiatiques arrestations de Tarnac (Corrèze), en novembre, Olivier Pascault, ancien étudiant à l’EHESS, se rappelait en ces termes son ancien condisciple Julien Coupat. Les lectures du dernier détenu de l’affaire de Tarnac intéressent les enquêteurs à l’instar de la ministre de l’Intérieur qui a évoqué des « écrits qui légitiment les attaques contre l’Etat ».

Dans le dossier d’instruction un long PV revient sur la bibliothèque de la communauté de Tarnac. « Cinq mille ouvrages », écrit en gras le brigadier qui relate les perquisitions du 11 novembre. Des livres conservés dans une pièce de l’appartement du 2, place de l’Eglise, à Tarnac et classés entre « les archives, les pensées philosophiques, les ouvrages littéraires et l’histoire des civilisations ».

De cette bibliothèque, on ne connaît qu’un fragment : les ouvrages qui ont retenu l’attention des enquêteurs (27 en tout). La plupart, sont des livres gauchistes comme Books for Burning, d’Antonio Negri, The Insurrectionnal Project, d’Alfredo M. Bonanno, un anarchiste italien, Passage à l’acte, de Michael « Bommi » Baumman, un militant d’extrême gauche allemand. Plusieurs sont dans la langue d’origine. D’autres sont des ouvrages d’experts à l’instar de Black Blocks, la liberté et l’égalité se manifestent, de Francis Dupuis-Déri, professeur en sciences politiques à l’université du Québec à Montréal. Un auteur abondamment cité lors du contre-sommet de l’Otan.

Plus amusant, les enquêteurs s’arrêtent sur The Adventures of Tintin - Breaking free, un détournement anticapitaliste de Tintin,Anarchie au Royaume-Uni, de Nick Cohn, dont le titre s’inspire d’un morceau des Sex Pistols, groupe punk, ou Techniques du chaos de Timothy Leary, le pape du LSD. Finalement, point de petit manuel du parfait saboteur de TGV. Mais une collection de brochures et de textes disponibles sur Internet ou en librairie.

Aujourd’hui, les enquêteurs cherchent à déterminer si Julien Coupat est l’auteur de l’Insurrection qui vient. Un texte signé d’un Comité invisible qui pourrait être « le support idéologique justifiant les actes de sabotage », pour le juge Thierry Fragnoli. Julien Coupat nie, son éditeur aussi, et parle d’un « livre de critique sociale et de philosophie ».