Atelier de création libertaire Les éditions Atelier de création libertaire          1979-2018 : 39 ans de culture libertaire
Accueil | Le catalogue | Les auteurs | Les thèmes  | Les colloques | On en parle | I.R.L. | Les téléchargements | Nous contacter



Tous nos titres



Pour en savoir plus

 



Au-delà de la solitude et des institutions
LIVRE & LIRE n° 211 - Février 2006

LIVRE & LIRE n° 211 - Février 2006

Des communautés vivantes

Vidarasen, en Norvège, est un des cinq villages qui rassemblent des personnalités extraordinaires qui, partout ailleurs, auraient été rattrapées par leur handicap : syndrome de Down, surdité, cécité, psychose, illettrisme, incapacité linguistique... Ici, dans les villages Camphill. ces personnalités sont considérées comme des habitants à part entière.

Nils Christie arpente ces lieux et côtoie leurs habitants depuis vingt ans. De quoi s’agit-il ?
« D’un système social fondée sur la décision d’exclure l’argent, tant comme raison de travailler que comme signe du prestige et de la valeur de ses membres. » L’argent est mis dans un chapeau, on l’utilise quand on en a besoin. Ici, chacun participe aux travaux essentiels de la communauté : le ménage, le travail et les activités culturelles. Loin d’une mise au travail force, c’est une cohésion dans laquelle aucune discrimination n’intervient. Sont exclus : la télévision, le lave-vaisselle, les engrais chimiques... La voiture, elle, est peu usitée. En revanche, on encourage l’étude tout au long de la vie. Les décisions se prennent en assemblée chaque semaine. Pas de chef, pas de hiérarchie, mais l’égalité entre les personnel, y compris les normaux qui assurent pour certains un rôle médical. La pérennité de ces villages est aussi liée à leur taille. Ainsi, on préfère construire un nouveau village plutôt que de s’étendre toujours davantage.

L’ouvrage de Nils Christie relate l’existence de ces communautés vivantes qui perdurent dans le temps. Inspirées des écrits anthroposophiques de Rudolph Steiner, ces villages ont été fondés par Karl Kilning, lui-même s’étant inspire d’écoles pour enfants handicapes créées à Londres durant la Seconde Guerre mondiale.

Ces communautés remettent en question les discriminations, autant qu’elles agitent les principes libertaires. Nombre de questions sur le fonctionnement même de ces villages étoffent le livre. Plus qu’une décroissance, c’est une décompression totale et, avant toute chose, une leçon d’humanité.

Jean-Marie Alvin


Livre & Lire, le mensuel du livre en Rhône-Alpes, est publié par l’ARALD (Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation)