Atelier de création libertaire Les éditions Atelier de création libertaire          1979-2018 : 39 ans de culture libertaire
Accueil | Le catalogue | Les auteurs | Les thèmes  | Les colloques | On en parle | I.R.L. | Les téléchargements | Nous contacter



Tous nos titres



 



Lettre n° 16
L’anarchisme a-t-il un avenir ?

lettre16

Le titre de notre dernière publication, contenant la plupart des contributions au colloque de Toulouse de 1999, résume, en quelque sorte, notre activité éditoriale. Mais il dit également l’engagement personnel que nous avons, dans notre quotidien, dans des formes et des initiatives diverses.

S’interroger sur le passé, le présent et l’avenir nous semble être une tâche plus importante que celle qui consisterait à unifier une culture. C’est ce rôle que devrait assumer une culture anarchiste pour ne pas s’ankyloser en continuant à se nourrir d’anciens mythes ayant alimenté l’imaginaire de générations passées d’agents de la transformation sociale.
L’anarchisme n’étant pas pour nous une idéologie figée, nous avons, depuis longtemps déjà, envisagé de parcourir des chemins moins sûrs, avec des repères sans cesse modifiés en fonction de la situation politique et sociale du moment.
Un anarchisme sans foi ni loi qui préfère douter et avancer à tâtons plutôt qu’en matraquant le cerveau au moyen de slogans stériles...
Un anarchisme de toutes les couleurs qui ne se veut pas partisan de sigles ou de logos mais se pose en interprète de cette critique et remise en cause permanentes et nécessaires de la réalité.
Un anarchisme contemporain, relié néanmoins à celui plus « classique » par la lutte contre toute forme d’injustice, par l’ouverture d’espaces concrets de libertés, et par la recherche de toutes les formes de société pouvant améliorer / transformer / révolutionner nos conditions de vie.
L’avenir de l’anarchisme, pour nous, ne réside donc pas dans les anxieuses recherches d’unité politique, ni dans la volonté hégémonique de telle ou telle structure pour représenter l’ensemble du mouvement, mais dans la multiplication d’initiatives ayant ce regard horizontal et l’envie de maintenir ouverts les champs de l’imaginaire utopique.
L’avenir de l’ACL est lié à ces idées qui sont devenues notre préoccupation principale. Actuellement, il est assuré par un collectif de cinq personnes se réunissant toutes les semaines à la Croix-Rousse, à Lyon, et par un « deuxième cercle » d’ami(e)s qui vivent dans d’autres villes.
Mais nous sommes encore là parce que, suite à notre lettre de l’année dernière, nous avons reçu plus de 60 000 francs entre souscriptions et commandes ; parce que nous recevons régulièrement des lettres ou des emails d’encouragement et de remerciement. Enfin, une raison supplémentaire de continuer nous vient du fait que, de plus en plus, nos titres sont cités par des militants ou des chercheurs qui s’intéressent à l’anarchisme contemporain.
Nous entamons une nouvelle saison avec, comme à l’ordinaire, des titres très divers. Nous devrions commencer, en ce début d’automne avec un récit d’un libertaire libanais qui nous décrit la rencontre de deux mondes, de deux cultures : l’une libanaise et l’autre française ; mais aussi l’une traditionnelle et l’autre anarchiste. Nous avons aussi en chantier la traduction d’un texte sur Nestor Makhno qui montre ce personnage, devenu une référence historique pour le mouvement, en le dépouillant des habits du héros ou du martyr dont l’apologie militante l’habille. Notre collaborateur Alain Thévenet nous présente d’un peu de plus près la vie et les œuvres de son vieil ami William Goodwin, le « premier des anarchistes classiques ». Nous avons encore en traduction un livre sur l’écologie au quotidien de Cahia Heller, « influencée » par les idées de Murray Bookchin, à partir desquelles elle développe un écoféminisme anarchiste assez utile pour poursuivre le dialogue entre, justement, écologistes, féministes et anarchistes. Et puis nous avons en préparation des textes de Christian Ferrer, l’envie de traduire un livre sur « anarchisme et cinéma », de publier des textes de et sur Camus, etc.
Comme vous pouvez l’imaginer, cette lettre vous parvient pour vous informer de nos activités, vous proposer encore des « offres spéciales », mais aussi vous inciter à faire votre possible pour nous permettre de continuer. Pour cela, vous pouvez diffuser autour de vous le deuxième exemplaire que nous joignons à la lettre.
Pour terminer, nous voulons vous présenter un autre projet que nous avons à cœur. Trois d’entre nous ont participé, pendant près de quinze ans, à la vie de feu IRL (Informations et réflexions libertaires), revue d’expressions libertaires qui s’est arrêtée, il y a dix ans, après avoir publié 89 numéros. Aujourd’hui nous avons envie de publier un nouveau et unique numéro de cette revue pour le début de l’année prochaine. Nous aimerions rassembler des articles de dix pages maximum (25 000 signes environ) abordant les thèmes suivant : anarchisme classique et anarchisme contemporain, anarchisme et culture aujourd’hui, anarchisme et mouvements sociaux... Nous attendons donc vos propositions avant le 15 décembre 2001.

Merci et à bientôt

(éditorial Lettre numéro 16, ctobre 2001)


lettre16 en format Acrobat