Atelier de création libertaire Les éditions Atelier de création libertaire          1979-2018 : 39 ans de culture libertaire
Accueil | Le catalogue | Les auteurs | Les thèmes  | Les colloques | On en parle | I.R.L. | Les téléchargements | Nous contacter



Tous nos titres


- Editions PUF
- 2001
- 262 p.
- 21,48 EUR


 


PESSIN Alain

L’imaginaire utopique aujourd’hui

L'imaginaire utopique aujourd'hui

Avec la fin du siècle et la fin du millénaire on nous a annoncé le retour de l’utopie. Écrivains, sociologues, politiques ont dépoussiéré les livres des grands utopistes des siècles passés, et n’ayant plus aucun autre radeau auquel s’accrocher (fin des idéologies de droite et de gauche, fin des antagonismes entre pays démocratiques et pays socialistes) ont pris du plaisir à nous re-proposer un peu d’utopie. Cela, ont-ils affirmé, ne peut pas faire de mal à nos sociétés. Nous avons quand même besoin de " rêver ", d’apporter quelques corrections à cette marche forcée vers la mondialisation de nos besoins et de nos désirs qu’on nous inculque quotidiennement par le plus simple des moyens : une boîte magique que nous avons tous en bonne place chez nous. Une idéologie qui n’a pas de couleur politique, mais des arguments tels qu’efficacité, réussite, argent. Le problème est que, malgré la disparition du spectre " communiste ",.de l’autre monde se proposant comme "concurrent" et antagoniste à celui " démocratique et libéral ", les problèmes ne sont pas résolus pour autant.

Des centaines de milliers de personnes partout dans le monde s’opposent à cette "mondialisation" et certains " rêvent " de canaliser ces mouvements vers une " utopie " démocratique : la construction d’une Europe forte, par exemple.
Ce mot d’utopie depuis longtemps est utilisé à la fois comme un ailleurs inaccessible, mais aussi comme une sorte d’idéal nous permettant de nous engager dans la transformation du monde. II est certes difficile de trancher à ce propos, mais ce sont des questions qui sont toujours présentes dans les discussions que nous avons dans les milieux alternatifs.
Sommes-nous utopistes et qu’elles seraient les caractéristiques de cette utopie ?
Alain Pessin vient de nous offrir un livre dont l’appareillage théorique peut nous permettre d’aller plus loin dans ce débat. En effet, après une critique de l’utopie classique abolissant le hasard et les aventures, il reconnaît dans les activités croix-roussiennes, des initiatives déployant un imaginaire utopique. La caractéristique principale de celui-ci est une forme d’" utopie d’aventure " qui ne se propose pas de mettre en scène des utopies écrites, mais développe une dynamique promouvant des modes de vies alternatifs ici et maintenant. S’agit-il toujours d’utopie ? L’auteur n’exprime pas une opinion définitive à ce sujet. L’essentiel n’est pas là !
Je pense que ce livre est doublement important. D’un côté l’auteur fait l’effort de nous faire comprendre le rôle de l’imaginaire dans notre vie, et en particulier dans ce mouvement de transformation sociale constitué par ce théâtre contemporain de l’utopie dans lequel nous jouons tel ou tel rôle toujours à la première personne du singulier. De l’autre, contrairement à beaucoup de " grands sociologues " préoccupés par les grands mouvements de masse, par les grandes idées : démocraties, fraternités, il a su se pencher et écouter ces petites initiatives croix-roussiennes diverses entre elles,-pas toujours efficaces, un peu chaotiques, mais montrant qu’une "utopie" est présente dans ce quartier de Lyon depuis une trentaine d’années et qui renforce jour après jour l’imaginaire de ses acteurs. Le livre d’Alain Pessin en nous rappelant l’existence de cette utopie croix-roussienne ne renforce pas seulement " un mythe " social et politique qui entoure cette colline de la Croix-Rousse depuis deux siècles, mais nous permet, d’ors et déjà, d’envisager d’autres recherches nécessaires pour rendre compte, du monde des utopies existantes un peu partout autour de nous.
Vous conseiller la lecture du livre de Pessin c’est le minimum que l’on puisse faire aujourd’hui face à ce texte qui ouvre dans l’espace théorique de la sociologie des brèches, pour l’aventure de la connaissance des utopies, comme les initiatives alternatives ouvrent des brèches dans l’expérimentation pratique de modes de vie alternatifs.
Espérons seulement que d’autres sociologues " sortent de l’ombre " non seulement pour guetter ce qui se passe dans les sociétés d’exception, mais pour qu’ils apportent leur contribution critique et en plein jour, comme l’a fait Alain Pessin avec son livre.

M P.
(texte de présentation publié dans la revue Silence, n°272-273, été 2001)